Paris Match Belgique

Paola, la reine douleur

La chute de la Reine Paola n'aura pas de conséquences sur sa santé à long terme. | © BELGA/PHOTO ERIC LALMAND

People et royauté

Secouée par de nouvelles dissensions dans la famille royale et écartée de la vie du Palais, à 79 ans, la Reine Paola a terminé une année sombre à l’hôpital après une chute grave.

 

Il y a les grands gestes. Une poignée de main échangée avec un haut dignitaire, le parrainage d’une organisation en faveur d’enfants disparus, le leg d’un diadème symbolique à celle qui prend la relève. Et puis ceux, discrets, passés presque inaperçus, mais révélateurs : un bras qui soutient un Roi vieillissant, un mot amical au cours d’une visite, une larme discrète à l’écoute d’un discours. « La Reine Paola est un peu réservée, mais elle est incroyablement généreuse », confie le comte Bernard de Traux de Wardin à propos de l’ancienne première dame de Belgique, dans une interview pour Paris Match cette semaine. Sobre, la Reine Paola s’est toujours passée de grands discours et d’effusions de sentiments pour incarner une présence discrète, mais assurée. Imprévisiblement drôle parfois aussi, même lorsqu’on ne voit d’elle qu’un visage imp assible, voire fermé. Une femme forte, même dans la tempête des scandales. Et du ressac, des éclaboussures, de l’orage, il y en a eu depuis que la jeune princesse Ruffo di Calabria a épousé le frère du « Roi triste ».

Mais à 79 ans, la Reine n’a plus la force d’antan. Le roc encaisse moins bien les chocs, moraux et physiques … jusqu’à la fracture. Vertébrale, elle a été causée par une mauvaise chute le 28 décembre dernier. Depuis, Paola reprend des forces aux Cliniques Saint-Luc, recevant les meilleurs soins du personnel hospitalier et les visites de sa famille – dont celle du Prince Laurent. Elle souffre, « physiquement et moralement », confie une source proche dans le dernier numéro de Paris Match. De quoi mettre en lumière une certaine fragilité désormais chez la monarque. Après un malaise à l’automne 2015 qui l’avait condamnée au repos, ce sont cet hiver les nouvelles frasques de son fils cadet qui secouent Paola. Un épisode douloureux à la cathédrale Saint-Michel et Gudule, où ce dernier est entré sans un regard pour sa famille, avait été suivi par des mots durs à son encontre à la sortie du Sénat, où il était invité. Il y a les discordes, passées, présentes et certainement futures. Mais il y a aussi la mise à distance des affaires du Royaume du couple royal depuis la passation de pouvoir. « On aurait dû – on devrait – selon moi manifester plus de reconnaissance par rapport à ce qu’ils ont fait pour le pays », ose même Bernard de Traux, également Président de la Fondation Reine Paola. Dans l’ombre, la dame s’affaiblit, bien loin de la retraite radieuse qu’elle devait avoir rêvée.

 

Retrouvez Paris Match en kiosque ou abonnez-vous.
CIM Internet