Paris Match Belgique

Nouvelles révélations sur Bertrand Cantat : « Je savais qu’il avait tenté d’étrangler sa petite amie en 1989 »

Bertrand Cantat, en 2014. | © MAXPPP

People et royauté

Une enquête menée par Le Point fait des révélations accablantes sur l’ancien leader de Noir Désir. Selon un ancien membre du groupe, Bertrand Cantat aurait tenté d’étrangler sa petite-amie à la fin des années 80. 

La sortie de son nouvel album solo avait déjà fait du bruit. Après l’enquête menée par Le Point, publiée dans leur édition de cette semaine, l’étau se resserre pour Bertrand Cantat. Le magazine français fait des révélations fracassantes sur sa personnalité, sa violence envers les femmes et l’omerta qui persiste autour de l’ancien chanteur de Noir Désir. Quatorze ans après le drame, le dossier ne porte pas sur le meurtre de Marie Trintignant, pour lequel il a été condamné à huit ans de prison, mais bien sur son ex-femme Kristina Rady, qui s’est suicidée en 2010.

Lire aussi > Nouvel album pour Bertrand Cantat, les proches de Marie Trintignant ne pardonnent pas

Mariés depuis neuf ans, Bertrand Cantat quitte soudainement Kristina en 2002, cinq jours après la naissance de leur fille, Alice. Un an plus tard, en Lituanie, Marie Trintignant meurt des suites des 19 coups qu’il lui a assenés au visage et au corps. Lors du procès, l’ex-femme de l’accusé le défend en décrivant un homme passionné mais non-violent. « Il n’a jamais levé la main sur quiconque. Ni sur moi, ni sur une autre ».

Lire aussi > Bertrand Cantat en Une des Inrocks, le magazine Elle riposte en honorant Marie Trintignant

Je savais qu’il avait frappé la femme avec qui il était avant Kristina.

Interrogé anonymement par Le Point, un ancien membre du groupe revient sur ce procès. « Kristina m’a vu et elle m’a demandé à moi et à tous les autres membres du groupe de cacher ce que l’on savait. Elle ne voulait pas que ses enfants sachent que leur père était un homme violent. Je savais qu’il avait frappé la femme avec qui il était avant Kristina. Je savais qu’il avait tenté d’étrangler sa petite-amie en 1989. Je savais qu’il avait frappé Kristina. Mais ce jour-là, nous avons tous décidé de mentir. Nous étions tous sous son emprise. Et nous pensons qu’il se soignerait », avoue le témoin. Si les langues se délient aujourd’hui dans le dossier du Point, ce n’était pas le cas à l’époque. « Beaucoup de gens dans le milieu bordelais savaient que Kristina avait été battue avant l’affaire Vilnius, mais ils se sont tus », explique un jour­na­liste de la région Sud-Ouest d’où est origi­naire le musi­cien. Créant ainsi une véritable omerta autour de la violence de ce dernier.

Lire aussi > Bertrand Cantat en Une : Les Inrocks se justifient et expriment leurs « regrets »

Une femme apeurée et tiraillée

Libéré en 2007 pour conduite exemplaire, l’ancien leader de Noir Désir se remet avec Kristina Rady mais deux ans plus tard, elle rencontre un autre homme, François Saubadu. Jalousie, harcèlement, menaces… Bertrand Cantat ne le supporte pas. Le Point dévoile un mail de Kris­tina et un message télé­pho­nique de plus de 7 minutes sur le répon­deur de ses parents. Ces éléments décrivent une femme sous l’emprise mais également tiraillée et apeurée. Le 10 juillet 2010, Kristina Rady se pend dans sa chambre, c’est son fils de 12 ans qui la découvre. « C’est un vrai pervers narcis­sique. Il est très charis­ma­tique. Quand il entre dans une pièce, il absorbe toute l’éner­gie. Après, il vous tient », affirme l’ancien membre de Noir Désir.

CIM Internet