Paris Match Belgique

Johnny Hallyday et Jacques Brel : deux monstres sacrés « très proches »

Johnny et Brel s'étaient rencontrés en 1979. | © GERARD PROUST/MAXPPP

People et royauté

Dans les archives de la RTBF, Johnny Hallyday revient sur son amitié avec Jacques Brel, qu’il avait rencontré sur le tournage de L’aventure c’est l’aventure.

« J’ai été vraiment très triste quand il est parti ». La mise en abime est étrange et mélancolique au lendemain de la mort de Johnny Hallyday. Car cette phrase, ce n’est pas l’un de ses proches qui la prononce ce 7 décembre, mais Johnny lui-même, au souvenir de son « bon ami » Jacques Brel. « Parti » 17 ans avant cette longue interview de Johnny Hallyday par la RTBF – que la chaine s’apprête à rediffuser -, le chanteur belge a marqué la mémoire du rockeur. « C’est le seul chanteur qui m’ait fait pleurer dans une salle », avoue-t-il très simplement.

« C’est le plus grand interprète que je connaisse. Il m’a donné l’envie de se servir des textes pour envoyer des sentiments aux gens ». Johnny se souvient de leurs escapades en bimoteur, dans lequel l’entrainait Jacques Brel, qui s’était pris de passion pour l’aviation. « On s’est vus pendant très longtemps, il venait avec son petit avion me chercher en tournée, il m’emmenait dans un restaurant manger à midi, il me ramenait à mon spectacle le soir… On était très proches ».

Lire aussi > « Nous faisons semblant de pleurer car tu fais semblant de mourir » : L’hommage des stars à Johnny Hallyday

Le French Elvis a longtemps gardé près de son cœur l’artiste, et encore plus sa musique. « La chanson que je préfère au monde, c’est ‘Ne me quitte pas’ de Jacques Brel », confie-t-il sur un petit plateau à l’animatrice Joëlle Scoriels. Et ce même si les deux légendes n’évoluaient pas sur les mêmes scènes. Quoique… « Pour moi, c’est ridicule à dire et ça peut vous sembler bizarre, mais c’était un chanteur de rock. Pas musicalement, mais sa façon d’envoyer les mots, d’envoyer les textes… ». Une analyse qui n’étonne pas la fille du chanteur, France Brel, qui voit dans leur absence de limites musicales un point commun entre les deux hommes, tous deux également décédés des suites d’un cancer du poumon.

©AFP PHOTO / ROBYN BECK – Claude Lelouch et Johnny Hallyday en avril 2017, à Los Angeles.

Elle rappelle leur rencontre, sur le tournage de L’aventure c’est l’aventure de Claude Lelouch, en 1979. Et aussi combien Johnny Hallyday avait fait plaisir à son père, en osant monter dans son avion, pour vivre d’autres aventures qu’à l’écran. C’est également durant le tournage du film que Jacques Brel avait rencontré sa compagne guadeloupéenne Maddly Bamy, dont le frère n’était autre que le coordinateur musical de Johnny.

L’autre Brel

Il en est un autre que Johnny a rencontré et immédiatement apprécié : celui qu’on appellait alors « le nouveau Jacques Brel » ; Stromae. Venu le voir en concert à Los Angeles avec ses deux filles, il l’avait senti « habité ». « J’ai trouvé que ses textes sont formidables », dit-il alors à la caméra, sans que l’on ne sache si le clin d’œil au fameux « Formidable » est intentionnel. Johnny avait même alors demandé une photo à l’artiste belge. Un cliché désormais précieux.

Lire aussi > Les racines belges de Johnny Hallyday mènent à Namur

 

Formidable! #stromae #hollywood

A post shared by Johnny Hallyday (@jhallyday) on

CIM Internet