Paris Match Belgique

Les derniers « mots bleus » de Jean d’Ormesson

Jean d'Ormesson est décédé dans le nuit du 4 au 5 décembre. | © AFP PHOTO / JOEL SAGET

People et royauté

L’écrivain Jean d’Ormesson a travaillé sur un dernier livre jusque dans les quelques heures avant sa mort. Il y a laissé un message, comme un « au revoir » à tous ses lecteurs.

 

Il le lui fallait : partir en laissant un dernier mot, une dernière trace écrite de sa vie passée à gratter sur du papier ses fulgurances littéraires. D’un stylo bleu – de la couleur de ses yeux que personne n’oubliera – Jean d’Ormesson a tracé quelques lignes avant sa mort, qui révèlent que l’écrivain savait ce qui l’attendait, sans pour autant vouloir y croire.

« Tout passe. Tout finit. Tout disparait », commence-t-il, sur une feuille-portrait. « Et moi qui m’imaginais devoir vivre toujours, qu’est-ce que je deviens ? Il n’est pas impossible… », laisse planer dans l’air Jean d’Ormesson, avant d’ajouter plus bas : « Mais que je sois passé sur et dans ce monde où vous avez vécu est une vérité et une beauté pour toujours et la mort elle-même ne peut rien contre moi« . La page, non dénuée de ratures, commence par « La beauté pour toujours ».

Ce dernier adieu figure à la fin de l’ouvrage Un hosanna sans fin de l’auteur, qui devrait paraitre à titre posthume, après le livre Et moi je vis toujours. C’est Héloïse d’Ormesson, sa fille, qui a apporté le manuscrit sur le plateau de l’émission « La grande librairie » de France 5. Elle y a confié que son père avait travaillé à l’écriture de ce livre jusque dans les dernières heures avant son décès.

CIM Internet