Paris Match Belgique

Le député insoumis François Ruffin puni pour avoir porté un maillot de foot dans l’hémicycle

François Ruffin, en maillot de football à la tribune de l'Assemblée. | © Capture d'écran YouTube

Politique

La sanction contre le député de la France insoumise, qui avait porté un maillot de football à l’Assemblée nationale, a été confirmée. François Ruffin sera privé de 1378 euros de son indemnité parlementaire.

 

C’était un geste de tribune qui n’avait pas plu à certains de ses collègues de l’Assemblée nationale. En séance publique, le 7 décembre, François Ruffin avait dévoilé le maillot vert de l’Olympique Eaucourtois, un club de sa circonscription, alors qu’il s’exprimait au pupitre, dans le cadre de la discussion d’une proposition de loi visant à instaurer une taxe sur les transferts de sportifs professionnels. Le député insoumis a présenté dans son intervention ce qu’il a appelé « le miracle des maillots pliés », un hommage au dévouement des bénévoles qui font vivre le sport associatif.

Extravagances vestimentaires

Selon le compte-rendu de séance, le maillot avait agacé plusieurs des députés présents. « Il n’y a plus de règlement, ici ! », avait pesté Fabien Di Filippo. « Et pourquoi ne pas venir en short ? », s’était interrogé Pierre Morel-à-l’Huissier. Le présidence de séance, Hugues Renson, avait sèchement recadré le député insoumis. « Le respect dû à nos débats et à notre assemblée implique une tenue correcte, qui soit digne des lieux comme de la mission qui nous incombe. Je vous demanderai à l’avenir de rester respectueux et de vous tenir à l’avenir éloigné de ces extravagances vestimentaires, qui ne rendent pas hommage au travail que nous devons accomplir dans cet hémicycle », avait-il déclaré. François Ruffin avait tenté de s’expliquer à la reprise des débats et avait même indiqué, « en guise d’apaisement » : « Je vais remettre mon pull pour la suite des débats, monsieur le président. »

Lire aussi > François Ruffin : le député incontrôlable des « Insoumis »

Mercredi, pourtant, une sanction contre François Ruffin a été confirmée par le bureau de l’Assemblée, sa plus haute instance collégiale. Le bureau devait se prononcer sur « un rappel à l’ordre avec inscription au procès verbal », qui doit valoir au député de la Somme d’être privé, pendant un mois, de 1378 euros, soit le quart de l’indemnité parlementaire. Selon un participant, à l’exception de la députée LFI Clémentine Autain, la décision a été «unanime» pour le maintien de la sanction. François Ruffin, venu lui-même se défendre devant le bureau, a aussitôt dénoncé sur Twitter une décision «pas juste» notamment à l’égard des bénévoles qu’il entendait représenter.

Les députés de son groupe ont dénoncé une sanction «illégitime», Clémentine Autain la jugeant notamment « mal ficelée, incompréhensible du point de vue de la réglementation ». « Il était facile (lors de la réunion du bureau) de déceler une volonté tout simplement de museler l’opposition que nous formons », a affirmé l’Insoumise. Elle a annoncé, en signe de « très grande mauvaise humeur », un boycott du traditionnel pot de fin d’année organisé mercredi soir par le président de l’Assemblée, que Jean-Luc Mélenchon a accusé d’être « en plein dérapage dans l’autoritarisme ».

François de Rugy estime que l’Assemblée n’est « pas un théâtre »

François de Rugy (LREM) a, lui, déclaré plus tard devant la presse que l’Assemblée n’était « pas un théâtre où l’on vient avec des costumes, des déguisements », plaidant pour « une bonne tenue des débats ». Évoquant des « coups d’éclats médiatiques », le président de l’Assemblée a indiqué qu’« à partir du moment où l’autorégulation ne suffit pas, le bureau (…) rappellera(it) des règles », des propositions devant être soumises à la prochaine réunion en janvier.

La questeure Lauriane Rossi (LREM) s’est aussi « félicitée » sur LCP de cette sanction, estimant que « le débat passe par l’oralité et la parole, et non pas par des logos ou des insignes religieux, commerciaux ou politiques ».

Lire aussi > Quand les députés français font tomber la veste et la cravate

Dans une tribune mardi, François Ruffin a estimé que cette sanction cachait la réalité d’une Assemblée qui «ne fait pas la loi» et cherche à « sauver les apparences ». « Quand on n’a plus de crise parlementaire, il nous reste des crises vestimentaires », a-t-il ajouté mercredi dans un Facebook live en amont de son audition par le bureau, soulignant ne pas attaquer la chambre basse mais « la Ve République ».

Le député a ajouté qu’une collecte organisée par des sympathisants pour sa sanction avait recueilli 4725 euros, plaidant pour que ces dons aillent par exemple à l’équipe de foot du Secours populaire. Il a aussi rapporté avoir reçu de nombreux messages de soutien, dont celui du footballeur Vikash Dhorasoo ou du champion d’athlétisme Yohann Diniz, après la vidéo de son intervention qui a totalisé 5,7 millions de vues selon les chiffres de Facebook.

La vidéo de l’intervention de François Ruffin

CIM Internet