Paris Match Belgique

Emmanuel Macron : un programme flou tout en mysticisme

Belga | © Emmanuel Macron au théâtre Bobino, pendant un meeting de campagne.

Politique

Le candidat du mouvement « En Marche ! », critiqué pour son programme nébuleux, a déclaré que celui-ci n’était pas le coeur d’une campagne électorale.

D’après un article PARIS MATCH FRANCE de La Rédaction

Le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron a affirmé dans « Le Journal du Dimanche » que « c’est une erreur de penser que le programme est le cœur » d’une campagne électorale, alors que, selon lui, « la politique, c’est mystique ». L’ancien ministre de l’Économie, à qui ses adversaires reprochent le flou de son programme, affirme dans un entretien que « la politique, c’est un style ». Pour lui, « c’est une magie. Il faut définir le cœur de ce qu’on veut porter ». Tout en affirmant qu’il « ne cherche pas à être un prédicateur christique », Emmanuel Macron déclare au « JDD » : « La dimension christique, je ne la renie pas ; je ne la revendique pas. »

Emmanuel Macron, que les sondages placent actuellement en deuxième place dans les intentions de vote pour la présidentielle, s’est plusieurs fois fait moquer par le candidat socialiste Benoît Hamon. « On les voit les jeunes guépards, les créatures du système qu’une habile manipulation transforme soudain, par la grâce peut-être, en grand transformateur », avait ironisé l’ex-ministre de l’Éducation lors de son discours d’investiture le 5 février.

Lire aussi : Macron dément les rumeurs sur une double vie : « C’est mon hologramme qui m’a échappé »

« Gourou » et « champignons hallucinogènes »

Le candidat de la droite François Fillon l’a traité de « gourou », tandis que celui de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a appelé ses partisans la semaine dernière à se méfier des « champignons hallucinogènes qui poussent dans la jungle politique et la bulle médiatique », en se demandant « où sont leurs programmes ».

Lors d’un déplacement en Touraine vendredi, Emmanuel Macron avait affirmé que, depuis deux mois, il « égrène le projet sur le travail, sur l’éducation, sur l’agriculture, sur l’Europe, sur la sécurité, sur l’écologie ». Interrogé lui aussi dans «Le JDD», son conseiller Jean Pisani-Ferry a rappelé le calendrier prévu par le mouvement « En Marche! » : « Début mars, il récapitulera ses propositions et les grands engagements sur lesquels il investira le capital politique conféré par l’élection ».

CIM Internet