Paris Match Belgique

La chanteuse Lorde traitée de "bigote" par un célèbre rabbin après son boycott d'Israël

Lorde, 21 ans et déjà des millions de disques vendus, a pris une décision jugée radicale : l’annulation d'un concert à Tel-Aviv qui devait avoir lieu le 5 juin prochain. | © Flickr, Michael Candelori

Politique

La chanteuse pop s'est mis à dos une partie de l’opinion publique israélienne après l’annulation de son concert à Tel-Aviv au mois de décembre, et le maintient de ses dates en Russie. 

C’était le 24 décembre. Lorde, 21 ans et déjà des millions de disques vendus, prenait une décision jugée radicale. L’interprète de Royals annonçait l’annulation pure et simple d'un concert à Tel-Aviv qui devait avoir lieu le 5 juin prochain. Une décision qui n’est passée auprès de représentants de l’État hébreu, dont un rabbin très connu.

« Une jeune femme informée »

« J’ai reçu une quantité de messages et de lettres et j’ai discuté avec beaucoup de personnes aux points de vue variés, et je pense que c’est la bonne décision d’annuler le concert aujourd’hui », a déclaré la chanteuse dans un communiqué. Se considérant comme « une jeune femme informée », Lorde a été contactée sur Facebook quelques jours plus tard par l’ambassadeur d’Israël en Nouvelle-Zélande, son pays d’origine. Via une lettre ouverte, il invite à une rencontre et déplore qu’elle ait succombé aux appels « au boycott et à la haine », faisant référence à la campagne internationale "Boycott, désinvestissements, sanction" ("BDS").

Lire aussi > Anna Muzychuk, championne du monde d'échecs : "Pourquoi j'ai boycotté l'Arabie saoudite"

La colère d’un célèbre rabbin dans le Washington Post

Le 31 décembre, c’est un message plus véhément que la chanteuse aux deux Grammy Awards a reçu. Le rabbin orthodoxe américain Shmuley Boteach n’a pas supporté que la chanteuse annule son passage en Israël et l’a fait savoir en achetant une pleine page dans le Washington Post. Il y fustige Lorde et la qualifie de « bigot », que l’on peut traduire par « sectaire » ou « intolérante ».

Le rabbin, célèbre pour avoir été un temps le conseiller spirituel de Michael Jackson, fulmine à l’idée qu’elle puisse annuler sa date à Tel-Aviv tout en maintenant ses obligations dans la Russie de Vladimir Poutine, explique BuzzFeed. « Israël n’est pas parfait, bien sûr, mais comparé à tout autre pays qui fait face à une menace similaire, c’est certainement le pays le plus juste et le plus humanitaire du monde », peut-on lire. De l'hypocrisie selon lui. Le rabbin en profite aussi pour tacler la Nouvelle-Zélande et sa position sur la reconnaisse de Jérusalem en tant que capitale d’Israël.

Si Lorde s’est mis une partie de l’opinion israélienne à dos avec cette décision, elle a aussi reçu beaucoup de soutien sur les réseaux sociaux, que ce soit des adeptes de "BDS" ou de fans.

CIM Internet