Paris Match Belgique

En moins d’un an de présidence, Donald Trump a fait près de 2 000 déclarations erronées

trump

Fake news ? | © AFP PHOTO / Nicholas Kamm

Politique

Depuis son entrée en fonction le 20 janvier 2017, Donald Trump a fait 1950 erreurs lors de ses discours, interventions médiatiques ou encore sur Twitter, selon le Washington Post.

Les déclarations approximatives voire fausses du président américain ne sont pas nouvelles, on peut dorénavant mettre un chiffre dessus grâce au décompte tenu pour le Washington Post. En 347 jours, Donald Trump a fait 1950 déclarations fausses ou trompeuses, soit une moyenne de 5,6 allégations par jour. Après avoir analysé ses déclarations ou ses tweets, le journal américain a rassemblé les erreurs dans une base de données organisées et détaillées. Dans un graphique interactif, les internautes peuvent sélectionner un seul thème tel que l’immigration ou encore l’environnement. Une chose est sûre : aucun domaine n’est épargné par l’inexactitude de Trump mais certains ont plus été malmenés que d’autres : les soins de santé, l’économie et le travail, pour ne citer qu’eux.

Lire aussi > Vague de froid aux États-Unis : Donald Trump raille (encore) le réchauffement climatique

Déclarations erronées et répétitives

« Il y a plus de 60 de ces déclarations qu’il a répétées trois fois ou plus », précise le journal. Son analyse personnelle de la bourse atteint un record. « Le marché boursier est à un niveau record et continue de monter, monter, monter » a été prononcée 85 fois dans des formes diverses et variées en moins d’un an. « Avant son élection, il qualifiait la performance boursière sous Obama d » artificielle’ et de ‘bulle’ », détaille le Washington Post. « De plus, l’augmentation des États-Unis en 2017 n’est pas unique. (…) les actions (américaines) ne se sont pas redressées aussi vigoureusement que leurs équivalents étrangers ». Le président américain a également répété 53 fois avoir signé le plus grand projet de loi à propos des réductions d’impôts de l’histoire américaine, alors que le Washington Post le classe huitième en la matière, même derrière Obama.

CIM Internet