Paris Match Belgique

La N-VA en pleine campagne « kikoulol » sur les réseaux sociaux ?

"Tomatensoep met balletjes", commentait sobrement Theo Francken ce dimanche soir sur Twitter, non sans ajouter un petit cœur en fin de message. | © Flickr/Sébastien Gagnon.

Politique

Une série de publications légères des hommes et femmes politiques de la N-VA a fait surface ces derniers jours sur les réseaux sociaux. Sympathique transparence ou stratégie « lol » ?

 

On le connaissait plutôt habitué aux déclarations choc, sans concessions : voilà des mois que le secrétaire d’État à l’asile et aux migrations Theo Francken enchaine les décisions et sorties tonitruantes, entrainant des vagues de soutien et d’indignation chez les citoyens belges, notamment sur les réseaux sociaux. Pourtant, rien ne semblait les avoir préparés à ce tweet posté un dimanche soir de janvier, dans l’intimité de ses plaques à induction : une casserole de soupe aux tomates, une belle poêlée de boulettes de viande et deux hashtags éloquents ; « #zen » et « #zondagavond ».

Lire aussi > Entre Docteur Theo et Mijnheer Francken, entretien vérité avec le secrétaire d’État à l’Asile et aux Migrations

Quatre jours plus tôt, son collègue et bourgmestre d’Anvers Bart De Wever semblait particulièrement inspiré devant ses toilettes. Dévoilant ses dons de télékinésie – ou de créateur d’effets vidéo – et son amour pour Star Wars, l’homme politique se lançait dans une démonstration de force filmée face à une planche de WC.

L’avant-dernière publication de la Secrétaire d’Etat à la Lutte contre la pauvreté Zuhal Demir était quant à elle teintée de douceur et montrait, dans un cliché, le ministre de la Sécurité et de l’Intérieur Jan Jambon, Theo Francken et l’heureuse maman tendrement enlacés avec, au choix, une peluche ou un poupon.

Peoples et court-circuits

Se pourrait-il qu’en pleine tourmente, notamment suite aux propos du secrétaire d’État Theo Francken, la N-VA ait décidé de distiller ça et là quelques nouvelles plus légères pour calmer la vindicte populaire – et politique ? Une stratégie de communication qui fait l’éloge de la transparence du quotidien, dans la franche lignée de ce à quoi les « bekende vlamingen » ont habitué les Flamands depuis des années – et d’autant plus depuis l’avènement des réseaux sociaux. C’est également ce que d’autres appeleront la « peopolisation » du politique à l’ère des plateformes de partage de contenu, ou quand la personnalité des officiels devient un argument à faire valoir, notamment à travers des circuits détournés.

Lire aussi > Francken, Isoc, nucléaire : la fin d’année agitée de la N-VA

Des publications qui font également écho à celle, plus officielle, mais bel et bien 2.0 de Charles Michel, récemment. Le Premier ministre a en effet choisi il y a quelques jours de diffuser un communiqué via Facebook, dans lequel il défendait la politique migratoire de son gouvernement. Outre le contenu de son message, c’est le contenant qui en a étonné plus d’un : Charles Michel a pour la première fois court-circuité les voies officielles et celles des journalistes pour s’adresser « directement » aux Belges. Une tendance en termes de communication qui pourrait prendre de plus en plus de place sur les réseaux sociaux, si l’opposition décidait de prendre exemple sur la N-VA et le gouvernement Michel.

CIM Internet