Paris Match Belgique

Donald Trump se vante d’audiences historiques… qui ne le sont pas

Donald Trump pendant son discours sur l'état de l'Union, le 30 janvier 2018. | © BELGA/Mandel NGAN/AFP

Politique

Donald Trump s’est vanté des audiences de son discours de mardi, « le chiffre le plus élevé de l’histoire » d’après ses mots. Seulement, c’est faux.

 

En tant qu’ancien présentateur de téléréalité, Donald Trump connaît l’importance des audiences. Et celles de son discours sur l’état de l’Union, prononcé mardi devant le Congrès américain, n’y échappent pas. Sur Twitter, le président américain s’est vanté jeudi d’avoir réuni « 45,6 millions de personnes […], le chiffre le plus élevé de l’histoire ». « Merci à tous pour les compliments et commentaires sur le discours sur l’état de l’Union », a-t-il écrit, félicitant au passage sa chaîne préférée : « Fox News a battu toutes les autres chaînes du câble, pour la première fois de l’histoire, avec 11,7 millions de téléspectateurs. Ca venait du cœur ! »

Seulement, ces chiffres sont loin d’être historiques puisque ses trois prédécesseurs avaient fait mieux pour la diffusion de leur premier discours sur l’état de l’Union. En 1994, Bill Clinton avait réuni 45,8 millions de téléspectateurs, George W. Bush 51,8 millions en 2002 et Barack Obama 48 millions en 2010 -les chiffres proviennent de l’institut Nielsen, le même qui a fourni ceux dont parle Donald Trump. Ironique pour le milliardaire, qui crie régulièrement aux « fake news », propagées dans les médias généralistes, selon lui, pour lui nuire.

Le public à l’investiture, un sujet épineux

Ce n’est pas la première fois que Donald Trump insiste lourdement sur son succès personnel. Le 20 janvier 2017, à l’occasion de son investiture, la foule avait été largement moins nombreuse que pour celle de Barack Obama. Mais, piqué au vif, le nouveau président américain avait envoyé son porte-parole de l’époque Sean Spicer assurer le contraire aux journalistes de la Maison-Blanche, remettant en cause toutes les estimations et photographies prouvant le contraire et refusant le débat. À la télévision, également, les scores étaient moins élevés : 30,6 millions de téléspectateurs avaient suivi la cérémonie, contre 38 millions pour Barack Obama et 42 millions pour Ronald Reagan en 1981. Sean Spicer avait également menti sur le nombre d’usagers du métro de Washington : ce jour-là, 570 557 (et non 420 000) personnes avaient pris le métro, contre 782 000 (et non 317 000) pour la seconde investiture de Barack Obama en 2013.

Lire aussi > Comment Donald Trump a sauvé les requins en leur souhaitant la mort

Pour le défendre, la conseillère du président Kellyanne Conway avait prononcé un terme resté en mémoire, les « faits alternatifs »« Il ne faut pas en faire des tonnes. Vous dites que c’est faux et Sean Spicer, notre porte-parole a donné des faits alternatifs à ce propos ».

Mots-clés:
Donald Trump
CIM Internet