Paris Match Belgique

Brexit : pour Tony Blair, il est encore temps de changer d’avis

L'ancien Premier Ministre britannique Tony Blair a appelé ce vendredi les citoyens à se soulever contre le Brexit. | © Belga

Politique

L’ancien Premier ministre travailliste appelle les Britanniques à se soulever contre le Brexit.

Fidèle partisan du maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union Européenne, l’ancien Premier Ministre britannique a appelé ce vendredi les citoyens à se soulever contre la sortie de l’Europe, votée en juin dernier. « Se dresser pour défendre ce que nous croyons », c’est avec ces mots que Tony Blair a encouragé les Britanniques à créer un mouvement collectif et persuader les partisans du Brexit à changer d’avis.

Les gens ont voté (lors du referendum sur le Brexit, Ndlr) sans connaître les vrais termes du Brexit. Maintenant que ces termes deviennent clairs, c’est leur droit de changer d’avis.

Lire aussi : Le Brexit pourrait avoir un impact « terriblement important » pour l’économie belge

Lors d’un discours prononcé à Londres pour le groupe pro-européen « Open Britain », l’ex-Premier ministre britannique a déclaré que c’était sa « mission » d’encourager le peuple à « se soulever » contre le Brexit, rapporte notamment la BBC. L’objectif : exposer le coût réel du Brexit et démontrer comment cette décision, votée lors d’un référendum à 52 % en faveur d’une sortie de l’UE, a été basée « sur une connaissance imparfaite ».

Lire aussi : Grande-Bretagne : Le Brexit déclenché entre le 11 et 31 mars

L’ancien Premier ministre, au pouvoir de 1997 à 2007 avait déjà affirmé que rien n’empêchait le Royaume-Uni d’organiser un second référendum sur le Brexit. Ce vendredi, prenant la parole pour le lobby « Open Britain » mis en place pour succéder à la campagne du « Remain », il s’est à nouveau positionné contre ce qu’il décrit comme un « Brexit à tout prix ». Ceux qui prônent un retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne ont « toujours voulu un Brexit dur« , estime l’ancien leader travailliste. Il a accusé le gouvernement conservateur de Theresa May de vouloir le Brexit quel qu’en soit le coût et de ne pas maîtriser la situation.

Des manifestants, partisans du maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union Européenne, devant la Cour Suprême de Londres, le 7 décembre 2016.

Lire aussi : Nigel Farage, pro-Brexit et pro-Trump, rejoint la chaîne Fox News

Du côté des conservateurs, le discours de Mr. Blair a été qualifié d’ »arrogant » et d’ »antidémocratique ». Nigel Farage, l’ancien président du parti anti-UE Ukip a utilisé Twitter pour traiter Tony Blair comme un « homme du passé ». Quant à Richard Tice, coprésident du groupe Leave Means Leave (Partir signifie partir), il a rappelé l’aspect démocratique du référendum en insistant : « les Britanniques ont voté pour le Brexit ».

(Avec Belga)

CIM Internet