Paris Match Belgique

Le vice-président américain Mike Pence est arrivé en Belgique

Mike Pence à Munich, le 18 février 2017. | © Belga/Tobias Hase/dpa

Politique

Le vice-président américain Mike Pence est arrivé ce dimanche 19 février dans l’après-midi en Belgique, seconde étape d’une tournée européenne visant à rassurer les alliés inquiets des propos du nouveau locataire de la Maison Blanche, Donald Trump, qui souhaite que l’Europe contribue davantage à la défense collective.


Mike Pence et sa suite sont arrivés vers 14 heures à l’aéroport militaire de Melsbroek, placé sous haute surveillance policière, à bord de deux avions C-32 –la version militaire du Boeing 757– dont celui qui le transportait portait l’indicatif d’ « Air Force Two ». Le vice-président venait de Munich (Allemagne), où il a participé à une conférence internationale sur la sécurité. Il s’agit de son premier déplacement en Europe depuis son entrée en fonction le 20 janvier 2017.

> Lire aussi : Deux associations proposent d’interdire l’accès en Belgique à Donald Trump

Le vice-président américain devrait rencontrer dans la soirée du dimanche 19 février le Premier ministre belge Charles Michel, et le 20 février, les présidents du Conseil européen et de la Commission, Donald Tusk et Jean-Claude Juncker. Mike Pence a martelé que l’engagement des États-Unis au sein de l’Otan était « inébranlable », dans un discours destiné à des alliés inquiets des propos de M. Trump. « Le président m’a demandé d’être ici aujourd’hui (…) pour transmettre le message que les États-Unis soutiennent fermement l’Otan et que nous serons inébranlables dans notre engagement envers l’Alliance atlantique », a-t-il dit lors de la Conférence de Munich. Il a assuré à plusieurs reprises qu’il parlait au nom du président américain – lequel a semé malaise et confusion en qualifiant tour à tour l’Otan d’ « obsolète » et de « très importante ». « Nous serons toujours votre plus grand allié », a lancé M. Pence, rappelant les valeurs communes de « démocratie, justice, État de droit » partagées par les États-Unis et leurs partenaires européens.

 

(Avec Belga)

CIM Internet