Paris Match Belgique

Vladimir Poutine, une figure "symbolique et rassurante" indéboulonnable

Vladimir Poutine le 18 mars 2018. | © AFP PHOTO / POOL / Yuri KADOBNOV

Politique

Malgré les doutes sur le taux de participation à l'élection, la popularité du président russe Vladimir Poutine ne faiblit pas à travers les années.

Le chef du Kremlin est à nouveau crédité de près de 70% des intentions de vote lors de ce nouveau scrutin présidentiel. Derrière cet engouement qui semble résister à toute épreuve, la spécialiste de la Russie de l'ULB, Aude Merlin, pointe la capacité de M. Poutine de "se dissocier des problèmes intérieurs que connait la Russie" et de "capitaliser tous les bénéfices d'une figure rassurante".

Patriotisme exacerbé

"Vladimir Poutine a réussi à incarner une figure symbolique qui ne semble pas sujette à la dégradation et au discrédit. D'une part, il est parvenu à se dissocier des problèmes intérieurs que connait la Russie, comme la crise économique par exemple, en reportant la responsabilité sur le gouvernement ou sur l'Occident. D'autre part, M. Poutine a remis le patriotisme à l'ordre du jour. Il se place également en réparateur des blessures qu'a connues la population dans les années 90, avec l'annexion de la Crimée en 2014, par exemple. Il capitalise tous les bénéfices d'une figure rassurante. Il apparait donc comme celui qui soude le pays, mais pour cela il a besoin d'ennemis", pointe Mme Merlin.

Lire aussi > Ksenia Sobtchak, protégée puis rivale de Poutine 

Valeurs traditionnelles

Les ressorts de sa légitimation sont également constamment renouvelés dans le cadre de cette stratégie, selon l'experte. "Le pays s'engage à intervalles réguliers dans de nouvelles guerres, avec de nouveaux ennemis (Géorgie en 2008, Ukraine en 2014, ...). Parallèlement et en particulièrement durant le dernier mandat, on assiste à une volonté de mobiliser la société russe autour de valeurs traditionnelles. Pour cela, l'Etat a renoué un lien fort avec l'Eglise orthodoxe et a misé sur le respect des valeurs familiales traditionnelles, avec notamment la lutte contre le mariage pour tous. Vladimir Poutine a réussi à fédérer une partie de la population russe et se positionne comme le critique des valeurs occidentales jugées décadentes. Il arrive ainsi également à discréditer les valeurs démocratiques. Il préfère mettre en avant une démocratie 'à la russe' anti-décadente et basée sur des valeurs traditionnelles", explique l'experte.

Vladimir Poutine lors d'un rassemblement le 14 mars 2018. AFP PHOTO / Yuri KADOBNOV

Infrastructures vieillissantes et baisse démographique

Au-delà de l'importante cote de popularité de l'homme fort de la Russie et de ses stratégies pour fédérer la population, de nombreux défis réels très importants attendent Vladimir Poutine à l'entame de son quatrième mandat présidentiel. "Les citoyens russes ont perdu environ 10% de leur pouvoir d'achat ces cinq dernières années et les salaires des fonctionnaires ont été amputés de 10%. Des problèmes structurels économiques existent, mais aucune décision n'est prise pour relancer la machine économique. Aucune mesure n'est prise pour lutter contre la corruption, ce qui engendre une frilosité du côté des investisseurs étrangers. Aucun investissement n'est fait dans les infrastructures vieillissantes des complexes liés aux hydrocarbures."

Lire aussi > L'ombre de Staline plane toujours sur la Russie

Par ailleurs, la Russie fait également face à une importante baisse démographique. "D'ici 2050, la population risque de passer de 144 à 123 millions d'habitants. Ce qui risque de peser très lourd sur l'économie et son dynamisme", selon la spécialiste de la Russie. Sur le plan géopolitique, la Russie investit également des sommes colossales dans des guerres externes, comme en Syrie, avertit Mme Merlin. En conclusion, les enjeux sont multiples et majeurs, mais les réponses qui y sont apportées sont décalées, selon la chercheuse.

(Avec Belga)

CIM Internet