Carles Puigdemont arrêté : Le jeu du chat et de la souris ne serait pas fini

Carles Puigdemont arrêté : Le jeu du chat et de la souris ne serait pas fini

carles puigdemont

Carles Puigdemont devrait être libéré sous conditions. | © AFP PHOTO / Lehtikuva / Martti Kainulainen

Politique

Alors que le bras de fer continue entre Madrid et es dirigeants catalans, l’ex-président Carles Puigdemont a été arrêté dimanche par la police allemande à la frontière avec le Danemark. Selon son avocat, il devrait être libéré sous conditions.

Après avoir évité l’arrestation en Finlande, Carles Puigdemont n’a pas échappé à la police allemande. Le dirigeant indépendantiste a été arrêté dimanche matin par la police autoroutière du Schleswig-Holstein, au moment où il arrivait en voiture depuis le Danemark. Mais le jeu du chat et de la souris installé entre l’ex président catalan et les autorités européennes n’est pas fini pour autant : selon son avocat Paul Bekaert, il devrait être libéré sous conditions, en attendant une décision sur le fond concernant le mandat d’arrêt décerné à son encontre.

Lire aussi > Carles Puigdemont reste à Bruxelles « pour l’instant » tant qu’il n’aura pas de garanties de l’État espagnol

Conseils espagnols

Sous le coup d’un mandat d’arrêt international lancé par l’Espagne vendredi, Carles Puigdemont a quitté la Finlande pour la Belgique, où il s’est réfugié depuis octobre. L’ancien responsable de la Catalogne avait opté pour la voiture en espérant éviter les contrôles dans les aéroports, a précisé son avocat. Selon ce dernier, il y a de fortes chances que M. Puigdemont n’ait pas été intercepté au cours d’un contrôle de routine mais que les services de police allemands aient été avisés par leurs collègues espagnols. L’agence DPA précise que Carles Puigdemont a été incarcéré à Neumünster, dans le nord de l’Allemagne.

Libération

Me Bekaert pense que son client va être libéré sous conditions, comme cela s’est fait en Belgique. La justice allemande doit se prononcer dans les 48 heures sur sa libération conditionnelle. Elle aura ensuite 60 jours pour décider sur le fond de l’exécution du mandat d’arrêt émis par l’Espagne.

L’avocat a ajouté qu’il continuerait à défendre Carles Puigdemont, bien que ce dernier se trouve en Allemagne. L’indépendantiste risque une peine plus longue, après qu’il a été inculpé de rébellion vendredi aux côtés de 12 autres séparatistes.

(Avec Belga)

 

Mots-clés:
Carles Puigdemont
CIM Internet