Paris Match Belgique

L'Iran de plus en plus isolé au sein du monde arabe

Yazd Iran

Un à un, les anciens alliés s'éloignent de Téhéran | © Unsplash @ Sander van Dijk

Politique

L'Arabie saoudite a déclaré mercredi se tenir aux côtés du Maroc face à "tout ce qui menace sa sécurité, sa stabilité et son intégrité territoriale", au lendemain de la rupture par Rabat de ses relations diplomatiques avec l'Iran.

Le Maroc, qui entretient d'étroites relations avec Ryad, a justifié sa décision en accusant Téhéran d'avoir facilité, via son allié du Hezbollah libanais, une livraison d'armes au Front Polisario, mouvement indépendantiste au Sahara occidental. Une source officielle au ministère saoudien des Affaires étrangères a abondé dans le sens de Rabat, selon une déclaration diffusée mercredi par le ministère de l'Information à Ryad.

Le gouvernement saoudien condamne fermement l'ingérence iranienne dans les affaires intérieures du Maroc via son instrument, la milice terroriste du Hezbollah, qui entraîne les éléments du soi-disant groupe 'Polisario' en vue de déstabiliser la sécurité et la stabilité.

Le royaume "affirme qu'il se tient aux côtés du royaume frère du Maroc pour tout ce qui garantit sa sécurité et sa stabilité, y compris sa décision de rompre ses relations avec l'Iran", conclut la source.

Pressions des pays hostiles à l'Iran

Le Hezbollah libanais, qui a rejeté les accusations de Rabat, a imputé la décision marocaine à des "pressions américaines, israéliennes et saoudiennes", trois pays hostiles à l'Iran. L'Arabie saoudite et l'Iran, les deux poids lourds du Moyen-Orient, sont à couteaux tirés depuis des années. Les deux pays soutiennent notamment des camps opposés en Syrie, au Yémen et au Liban. Ryad ne cesse de dénoncer les "ingérences" iraniennes dans les affaires des pays arabes, et Téhéran la campagne militaire contre les rebelles au Yémen de la coalition arabe emmenée par l'Arabie saoudite.

Lire aussi > Quand la haine de l'Iran rapproche Israël et l'Arabie saoudite

Dans un communiqué diffusé suite à l'annonce de la rupture diplomatique venue du Maroc, le Ministère des Affaires étrangères s'est défendu des accusations qui lui sont imputées. Ainsi, Téhéran dément "fermement" ces accusations qui servent de "prétexte" alors même que l'affaire est "totalement dénuée de fondement". En outre, le Ministère des Affaires étrangères iranien maintient que la ligne de conduite de l'Iran est basée sur le "respect de la souveraineté et de la sécurité de ses alliés ainsi que de la non-ingérence dans leurs affaires intérieures".

CIM Internet