Paris Match Belgique

Theo Francken veut en finir avec « la politique Bisounours envers les illégaux »

theo francken

Theo Francken. | © BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Politique

Theo Francken a rejeté vendredi l’appel de la Région bruxelloise au Fédéral pour assumer le coût de l’accueil des personnes sans titre de séjour et en transit en Belgique, sur le territoire bruxellois.

« 0 euro », a tweeté le responsable N-VA en réponse à la volonté bruxelloise d’adresser au Fédéral la facture de la réouverture de la Porte d’Ulysse à Haren, qui permet d’héberger quelque 200 personnes. Ce centre, géré par la plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, devait fermer ses portes le 30 avril, après le plan hivernal, mais « il est pour nous moralement impossible d’envisager que plusieurs centaines de personnes trouvent refuge dans l’espace public, nos gares, nos parcs », a déclaré dans un communiqué Pascal Smet, en charge de l’aide aux personnes avec Céline Fremault. « L’accueil des migrants et leur mise à l’abri sont de la compétence du fédéral. Celui-ci doit assumer sa responsabilité ».

Lire aussi > Fermeture des centres ouverts, ouverture des centres fermés

Les ministres ont d’ailleurs adressé une lettre au Premier Ministre et au Secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration afin de « rappeler l’État fédéral à ses responsabilités en matière d’accueil des personnes dépourvues de titre de séjour et en transit sur notre territoire ».

Pour Theo Francken, il faut en revanche en finir avec « la politique du câlin (‘knuffelpolitiek’, ou politique Bisounours) envers les illégaux ». Interrogé sur la VRT, il renvoie la balle aux bourgmestres et aux services de police bruxellois, qui selon lui refusent d’agir. Il cible notamment le bourgmestre de Schaerbeek Bernard Clerfayt (DéFI), accusé de mener « un petit jeu électoraliste en se faisant passer pour le plus grand des humanistes », dénonce les « humanistes de gauche qui s’opposent au gouvernement de droite, à Francken et à Jambon » (le ministre N-VA de l’Intérieur), et dit lutter contre ceux qui laissent se créer « un hub migratoire entre l’Italie et le Royaume-Uni ». Le secrétaire d’État souligne que les personnes concernées doivent introduire une demande d’asile, auquel cas elles recevront le même jour de quoi se nourrir et se loger.

(Avec Belga)

CIM Internet