Paris Match Belgique

Turquie : Des milliers d’internautes disent « ça suffit » à Erdogan

erdogan

Erdogan, le 8 mai 2018. | © AFP PHOTO / ADEM ALTAN

Politique

Des milliers d’internautes turcs ont manifesté avec humour mardi leur ras-le-bol du président Recep Tayyip Erdogan, qui brigue un nouveau mandat après 15 ans au pouvoir, en propulsant le message « ça suffit » en tête des expressions les plus partagées sur Twitter.

Tout est parti d’un discours que M. Erdogan, au pouvoir depuis 2003, a prononcé mardi matin à Ankara devant les députés de sa formation politique, le Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur). « C’est ma nation qui m’a porté à la tête de la mairie d’Istanbul, de l’AKP, du gouvernement et de la présidence. Si un jour ma nation me disait ‘ça suffit’ (« tamam »), alors je me mettrais sur le côté », a déclaré Erdogan.

Le prenant au mot, des milliers d’internautes ont saisi leur clavier pour dire leur exaspération. Étalant leur humour et leur créativité, des internautes ont dit « tamam » en calligrammes, quand d’autres postaient des extraits de films cultes comportant le mot-clé. Ce terme polysémique qui peut signifier « d’accord », « prêt » ou encore « ça suffit » avait été partagé dans plus de 450 000 tweets en fin d’après-midi, caracolant en tête des termes les plus utilisés sur le réseau social.

Lire aussi > « Si elle tombe en martyr » : Erdogan choque en consolant une fillette en larmes

 

Cet élan numérique survient alors que des élections présidentielle et législatives anticipées sont prévues le 24 juin. Ce scrutin est crucial, car il marquera l’entrée de la plupart des mesures renforçant les pouvoirs du chef de l’Etat, aux termes d’une révision constitutionnelle approuvée par référendum l’an dernier.

15 ans de pouvoir

Les opposants de M. Erdogan à la présidentielle ont eux aussi rejoint le mouvement sur Twitter : « Vakit tamam » (« C’est l’heure »), pour Muharrem Ince, candidat du principal parti d’opposition CHP; « Tamam Inchallah » (« C’est bon, si Dieu le veut ») pour l’islamiste Temel Karamollaoglu; ou tout simplement « TAMAM » pour la « Dame de fer turque » Meral Aksener.

Lire aussi > La Turquie envisage la castration chimique pour les pédophiles

Erdogan reste l’homme politique le plus populaire en Turquie, mais ses 15 années de pouvoir ont profondément divisé le pays entre ceux qui l’adulent et ceux qui le haïssent.

Alors que la quasi totalité des médias sont acquis au gouvernement, les détracteurs et opposants se tournent volontiers vers les réseaux sociaux pour faire passer leurs messages, même si ceux-ci sont étroitement surveillés. Dimanche, Muharrem Ince avait dénoncé un « embargo médiatique » contre sa campagne après qu’aucune des principales chaînes de télévision n’eut diffusé son premier meeting, alors que la moindre allocution d’Erdogan est retransmise dans sa totalité.

Avec Belga

Mots-clés:
turquie erdogan
CIM Internet