Donald Trump et Kim Jong-Un : La rencontre historique

Donald Trump et Kim Jong-Un : La rencontre historique

Vidéo Politique

Donald Trump et le leader nord-Coréen Kim Jong-Un ont signé mardi un document « très important » et « compréhensif », selon le président américain. A l’issue du sommet historique entre les dirigeants à Singapour, ce dernier a annoncé une dénucléarisation du régime isolé qui va commencer « très rapidement ».

 

La rencontre historique et inédite des deux dirigeants, inaugurée par une poignée de main symbolique, permet de « tourner la page du passé », selon Kim Jong Un. Il a ajouté que le monde pourrait observer « un changement majeur » avant de quitter le sommet organisé à Singapour.  La teneur du document commun qui a été signé par les chefs d’Etat n’a pas été révélée.

« Relation très spéciale »

Donald Trump a également assuré avoir établi « une relation très spéciale » avec Kim Jong Un, un homme « très talentueux » qui « aime vraiment beaucoup son pays » et qu’il a l’intention de revoir. Le président américain a en effet avancé qu’il était prêt à inviter le leader nord-coréen pour une première visite à la Maison Blanche. Tous deux ont rapidement quitté l’île de Sentosa avec leur escorte respective. Donald Trump devrait s’entretenir avec la presse ultérieurement.

Lire aussi > Avant de rencontrer Trump, Kim Jong-Un s’offre une sortie nocturne à Singapour

Entre encouragements et méfiance

La Chine, principale alliée de la Corée du Nord, a salué le tenue du sommet historique et plaidé pour une « dénucléarisation totale » de son voisin. Le Japon et la Corée du Sud, soutenue par les Etats-Unis, ont fait part de leur espoir pour un sommet fructueux. Mais tant Séoul que Tokyo ont émis des réserves sur la poursuite du processus. « La relation hostile fermement ancrée et le problème nucléaire de la Corée du Nord ne peuvent pas être résolus grâce à une action unique lors d’une réunion entre leaders », a mis en garde le président sud-coréen Moon Jae-in à l’entame du sommet.  « Même si certaines promesses sont formulées lors du sommet, nous devons être prudents et ne pas baisser la garde tant que nous ne pouvons pas confirmer que des étapes spécifiques ont été réalisées », a, pour sa part, souligné le ministre japonais de la Défense Itsunori Onodera.

(Avec Belga)

CIM Internet