Paris Match Belgique

« Bienvenue en Amérique » : La couverture puissante du Time contre la politique migratoire de Trump

time

Un montage percutant. | © Time

Politique

La Une du Time met une nouvelle fois en scène Donald Trump au coeur d’une énième polémique liée cette fois-ci à la séparation des familles à la frontière mexicaine. 

Cela devient presque une habitude. Le Time fait une nouvelle mouche avec sa dernière couverture. Sur un fond rouge vif, le magazine met face à face Donald Trump et la petite fille en pleurs à la frontière mexicaine, devenue le symbole de la polémique liée à la séparation des familles de migrants. « Bienvenue aux Etats-Unis », peut-on lire comme seule légende sur la couverture.

Lire aussi > L’administration Trump cite la Bible pour justifier la séparation des enfants de migrants

Avec ce photomontage percutant, le Time dresse le bilan après la politique migratoire du président américain. « Quel genre de pays sommes-nous ? », s’interroge l’hebdomadaire par rapport à cette polémique qui ébranle les fondements moraux de l’Amérique. « Lors 240 premières années de l’histoire des Etats-Unis, au moins, nos dirigeants sont restés fidèles à un système de valeurs spirituelles et humanistes qui ont forgé une nation diverse, en montrant la voie de ce à quoi nous aspirions : démocratie, humanité et égalité », constate le Time qui se demande si la politique de Trump ne marque pas un recul historique.

Si Donald Trump a finalement décidé mercredi 20 juin, après une vague d’indignation mondiale, de mettre fin à la séparation des familles à la frontière mexicaine, la tolérance zéro appliquée continue de faire l’objet de nombreuses critiques, tant américaines qu’internationales.

Lire aussi > Quand Ivanka Trump tente de faire entendre raison à son père

Malgré cette marche arrière, l’incertitude demeure sur le sort des plus de 2 300 enfants migrants séparés de leurs parents depuis début mai, enfermés dans des cages, après l’arrestation de ces derniers. Quant au décret signé par le président américain, il stipule que des poursuites pénales continueront à être engagées contre ceux qui traversent la frontière illégalement, explique France Info, mais que parents et enfants seront détenus ensemble dans l’attente de l’examen de leur dossier.

Un symbole de cette polémique

Si la couverture est si puissante, c’est certainement grâce à cette fillette de deux ans, originaire du Honduras, en pleurs devant des agents transfrontaliers. Photographié le 12 juin au Texas par John Moore, un photoreporter travaillant pour l’agence de presse Getty Images, ce cliché a fait le tour du monde. Interrogée par le Time, le photographe explique que cette scène fut vraiment « difficile » pour lui. « Ils ont directement été placés dans un camion. J’ai dû m’arrêter et respirer profondément. Tout ce que je voulais, c’était de prendre la fillette avec moi. Mais je ne pouvais pas ».

CIM Internet