Paris Match Belgique

« Je m’en fiche complètement » : la veste de la discorde de Melania Trump

melania trump

Melania Trump, le 21 juin 2018. | © AFP PHOTO / MANDEL NGAN

Politique

En pleine polémique sur la politique migratoire, Melania Trump s’est rendue à la frontière avec le Mexique arborant une veste disant « Je m’en fiche complètement, et vous ? ». 

« Mais qu’a-t-elle bien voulu dire ? ». Melania Trump s’est envolée pour McAllen, au Texas, vêtue d’une veste kaki, de la marque Zara selon le Daily Mail, avec ce message écrit sur le dos : « I really don’t care, do u ? ». À son arrivée, la Première dame ne portait plus la veste en question, mais les réseaux sociaux s’étaient déjà enflammés.

« Ce n’est pas une blague. Melania Trump portait une veste disant ‘Je m’en fiche complètement, et vous ?’ pour se rendre dans des centres de détention d’enfants. J’en suis sans voix », a tweeté Zac Petkanas, un communicant affilié au parti démocrate. Sur Twitter, les interrogations se sont multipliées tout comme les explications les plus diverses, certains se demandant s’il s’agissait d’un message au public ou… à son mari.

Lire aussi > « Bienvenue en Amérique » : La couverture puissante du Time contre la politique migratoire de Trump

« Pas de message caché »

La responsable de la communication de la Première dame, Stephanie Grisham, a cependant assuré qu’« il n’y avait pas de message caché ». « C’est juste une veste (…). Après l’importante visite d’aujourd’hui au Texas, j’espère que les médias ne vont pas choisir de se concentrer sur sa garde-robe », a-t-elle dit.

Lire aussi > Melania Trump « déteste » voir des enfants de migrants séparés de leur famille

Melania Trump s’est rendue jeudi à la frontière avec le Mexique pour une visite surprise à des enfants sans-papiers, alors qu’une grande partie de l’opinion publique reste profondément choquée par la politique de séparation des familles de clandestins.

Donald Trump a finalement fait volte-face mercredi par un décret mettant fin à ces séparations polémiques. De l’aveu-même du milliardaire républicain, Melania Trump a joué un rôle dans son revirement, qui ne règle toutefois pas la question des plus de 2 300 mineurs arrachés à leurs parents depuis la mise en oeuvre de sa politique de « tolérance zéro », début mai.

Avec Belga

CIM Internet