Paris Match Belgique

La présidente croate, supportrice déchaînée de son équipe, flirte aussi avec la corruption

Une supportrice pas comme les autres. | © AFP PHOTO / Dimitar DILKOFF

Politique

Kolinda Grabar-Kitarovic, la présidente croate, est sur tous les fronts pour supporter son équipe, qui joue contre l’Angleterre ce soir en demi-finale du Mondial.

Congés sans solde pour se rendre en Russie, voyages sur des lignes commerciales, grosse fête avec les joueurs après les victoires. Kolinda Grabar-Kitarovic, la présidente de la Croatie, est sans conteste la plus grande fan de la bande à Modric, qui joue ce soir face à l’Angleterre une place en finale de la Coupe du monde. En Croatie, le football a toujours été considéré comme un champ incontournable par le pouvoir. Et Kolinda ne déroge pas à la règle, même si de sombres histoires de corruption rôdent de tous les côtés.

Lire aussi > Le Croate Vida crie « Gloire à l’Ukraine » après avoir éliminé la Russie, la FIFA enquête

La présidente, qui figure à la 39ème place du classement des femmes les plus puissantes du monde établi par Forbes, a effectué un premier voyage en Russie le 1er juillet, pour assister au huitième de finale entre la Croatie et le Danemark (victoire des Croates, 1-1, 3 tab 2). Pour ce faire, elle a pris un congé sans solde, puis payé un billet d’avion sur une ligne commerciale. Plusieurs supporters ont profité de l’occasion pour prendre une photo avec elle, vêtue du maillot des « Vatreni ».

Le soir venu, elle a préféré suivre la rencontre depuis les travées du stade de Nijni-Novgorod, plutôt que de s’installer dans la tribune présidentielle comme les autres figures politiques. Puis une fois la victoire acquise par Modric et ses coéquipiers, au terme d’une séance de tirs au but haletante, Kolinda Grabar-Kitarovic s’est rendue dans les vestiaires pour enlacer l’entraîneur et les joueurs.

#ubojubojzanarodsvoj 🇭🇷💪🏻⚽🏆

Une publication partagée par Kolinda Grabar-Kitarović (@predsjednicarh) le


Bis repetita pour le quart de finale. Le 7 juillet, la présidente croate prend un nouveau congé sans solde, se retrouve sur un vol commercial, et assiste à la rencontre entre son équipe et la Russie à Sotchi aux côtés du président de la Fifa Gianni Infantino et du vice-président russe, Dmitri Medvedev. Remplissant à la perfection son rôle de fan invétérée, elle ne cache pas sa grande joie lors des buts inscrits par la Croatie, et à la fin des tirs au but, qui qualifient son équipe aux dépens du pays hôte (2-2, 4 tab 3).

#ajmohrvatska 🇭🇷 #zajednodokraja 🥇#sviusoci

Une publication partagée par Kolinda Grabar-Kitarović (@predsjednicarh) le


Première femme à diriger la Croatie, Kolinda Grabar-Kitarovic illustre à merveille les liens étroits entre le football et le pouvoir croate depuis l’indépendance du pays. Le premier président du pays, Franjo Tudjman, a utilisé le football pour porter son message politique d’indépendance, dans les années 1990. Le pouvoir affiche également un intérêt pour les dossiers financiers des clubs, voire un droit de regard sur le choix des joueurs appelés en équipe nationale. En 2001, deux années après la mort de Franjo Tudjman, l’hebdomadaire croate Nacional révèlait comment des hommes de confiance du président faisaient pression sur les arbitres pour favoriser le Dinamo Zagreb, son club favori.

Le pouvoir et son emprise sur le football

Le ballon rond fait toujours l’objet d’une attention soutenue en Croatie. En témoigne le cas du sulfureux Zdravko Mamic, vice-président de la fédération croate et président tout-puissant du Dinamo Zagreb. L’an dernier, le sulfureux personnage a été condamné avec son frère pour escroquerie. Il était poursuivi pour avoir détourné plusieurs millions d’euros lors des transferts de Luka Modric à Tottenham et de Dejan Lovren à Lyon. L’affaire a fait grand bruit et jeté le discrédit sur la sélection nationale.

Lire aussi > Mondial : le Serbe Novak Djokovic insulté pour avoir soutenu l’équipe croate

Réfugié en Bosnie, Zdravko Mamic a acquis la nationalité de son nouveau pays, ce qui lui permet d’éviter une extradition. Kolinda Grabar-Kitarovic, elle, a dû reconnaître que l’homme le plus puissant du football croate avait organisé plusieurs dîners en sa faveur. Lors du match contre la Russie, la dirigeante était accompagnée dans les gradins par Danir Vrbanovic, actuel directeur général de la fédération et lui aussi condamné à trois ans de prison dans la même affaire.

Un capitaine dans la tourmente

Le scandale n’épargne pas la star de la sélection, Luka Modric. Accusé d’avoir apporté de fausses déclarations alors qu’il était témoin au procès, le joueur est aujourd’hui poursuivi pour parjure et risque la prison. Une ombre plane désormais sur le prodige technique de la sélection, au point de lui valoir des critiques dans son propre pays.

Le capitaine croate Luka Modric, aussi joueur du Real Madrid, enverra peut-être son pays en finale de Coupe du monde. Un plaisir gâché par des accusations de corruption. © AFP / Mladen ANTONOV
CIM Internet