Paris Match Belgique

Ryan Reynolds et 30 stars américaines se dressent contre la séparation des familles de migrants aux États-Unis

Vidéo Politique

L'actrice Maggie Gyllenhaal a appelé plusieurs personnalités américaines a participer à une vidéo pour l'organisme national de défense des droits et des libertés individuels, l'American Civil Liberties Union (ACLU), afin de dénoncer la politique migratoire de Donald Trump.

Ryan Reynolds, Thandie Newton, Jake Gyllenhaal, Jeff Bridges ou encore Jamie Lee Curtis. De nombreuses stars hollywoodiennes ont participé à une vidéo réalisée pour conscientiser la population américaine sur les méfaits de la politique migratoire de Donald Trump. Un objectif : en finir avec les séparations des familles de migrants venus d'Amérique centrale.

Lire aussi > Un bébé d'un an comparaît devant un juge de l'immigration aux États-Unis

"Je suis Mirian"

Dans une vidéo postée cette semaine sur Youtube, ces 30 célébrités américaines racontent l'histoire à la première personne de Mirian et de son fils, immigrés honduriens arrivés récemment aux États-Unis. Il le font en lisant sa déclaration sous serment. Ci-dessous, une partie de la vidéo sous-titrée en français.

La femme et son fils ont passé la frontière américaine en demandant l'asile aux officiers de l'immigration. Après seulement quelques questions, l'enfant et sa mère sont séparés, comme expliqué dans la vidéo. "Les officiers de l'immigration m'ont ensuite dit qu'ils me prenaient mon fils. Ils ont dit qu'il irait à un endroit et moi à un autre", fait savoir Mirian sans comprendre pourquoi ils doivent vivre dans deux lieux différents.

La vidéo a été produite à l'appel de l'organisme national de défense des droits et des libertés individuels, l'American Civil Liberties Union(ACLU), et de l'actrice américaine Maggie Gyllenhaal.

Des enfants sans familles et menacés d'expulsion

Depuis la mi-avril, plus de 2000 enfants immigrés auraient été séparés de leurs familles aux États-Unis. Le 27 juin, le juge de l'immigration de San Diego (Californie), Dana Sabraw, avait ordonné que 102 enfants de moins de cinq ans soient réunis avant le 10 juillet avec leurs parents, et d'ici le 26 juillet pour les autres. Selon des responsables américains, seulement 4 de ces 102 enfants ont retrouvé leurs parents mardi. Des enfants sans familles, esseulés et menacés d'expulsion se retrouvent non accompagnés devant des tribunaux. Car Aux États-Unis, il n'existe aucun âge minimum en dessous duquel un enfant ne peut pas être présenté seul face à un juge.

Lire aussi > Trump s'attaque maintenant aux immigrés dans l'armée américaine

Il y a deux mois, une organisation d'aide juridique avait publié un court-métrage intitulé Unaccompanied : Alone in America ("Non accompagnés : seuls en Amérique"). À partir de faits relatés par des avocats, la réalisatrice Linda Freedman a tenté de représenter une audience. Les scènes, réelles ou fictives, sont très embarrassantes. Le juge se voit obligé de demander à de très jeunes enfants s'ils comprennent le sens de l'audience et s'ils savent ce qu'est un avocat.

Un processus trop lent

Face à l'indignation mondiale provoquée par sa politique de "tolérance zéro", Donald Trump a annoncé le 20 juin mettre fin aux séparations des familles à la frontière. Un décret présidentiel allant dans ce sens a été signé mais les lenteurs des procédures et le peu de moyens mis en oeuvre pour y arriver retardent grandement les échéances.

CIM Internet