Paris Match Belgique

Bruno Le Maire quitte la campagne Fillon

Bruno Le Maire, ex-candidat à la primaire de la droite et du centre. | © BELGA/PHOTOPQR/LE PARISIEN/O CORSAN

Politique

Au nom du « respect de la parole donnée », Bruno Le Maire a décidé mercredi de démissionner de ses fonctions auprès de François Fillon.


Bruno Le Maire ne sera plus le « représentant pour les affaires européennes et internationales » auprès de François Fillon. Selon l’AFP, Bruno Le Maire a décidé de quitter cette fonction parce que François Fillon a renoncé à se retirer comme il l’avait promis en cas de mise en examen. Cette annonce intervient après une déclaration de François Fillon qui a tiré à boulets rouges sur l’institution judiciaire, assurant avoir l’intention de maintenir sa candidature quoi qu’il arrive. François Fillon a indiqué avoir été convoqué par le juge le 15 mars « pour être mis en examen ».

Lire aussi > Sondage présidentielle française : François Fillon tient bon avant la tempête

« Je crois au respect de la parole donnée, elle est indispensable à la crédibilité de la politique » et « la condition nécessaire pour mener sereinement les efforts de redressement de la France », affirme Bruno Le Maire. « En accord avec mes principes, je démissionne donc de mes fonctions de représentant pour les affaires européennes et internationales de la campagne de François Fillon », a dit Bruno Le Maire dans un communiqué. « Je poursuis le combat politique au service de la France et des Français », poursuit l’ancien ministre de l’Agriculture, ex-candidat à la primaire de la droite.

« Je partage et soutiens la décision de Bruno Le Maire », a affirmé sur Twitter Franck Riester, député-maire LR de Coulommiers, qui avait soutenu la candidature de Bruno Le Maire à la primaire. « Je comprends et je soutiens la décision de Bruno Le Maire », a aussi tweeté la députée d’Eure-et-Loir Laure de La Raudière. « L’idée que je me fais de la Politique m’oblige à me mettre en retrait de la campagne. Mon énergie sera consacrée pour #Reims », tweete pour sa part Arnaud Robinet, député-maire LR de Reims, lui aussi ancien soutien de Bruno Le Maire.

CIM Internet