Paris Match Belgique

Sondage présidentielle française : François Fillon tient bon avant la tempête

François Fillon au salon de l'Agriculture ce mercredi 1er mars. | © BELGA/PHOTOPQR/SUD OUEST

Politique

Dans notre enquête présidentielle Ifop/Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud-Radio, l’ancien Premier ministre progresse légèrement. Mais l’effet « mise en examen » pourrait bien inverser la tendance…

 

Le calme avant la tempête pour François Fillon ? Selon notre dernier sondage sur la présidentielle en temps réel réalisé par l’Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud-Radio, François Fillon gagne 0,5% dans les intentions de vote à 21%, quand les autres candidats stagnent : Marine Le Pen (25,5%,=), Emmanuel Macron (24%, =), Benoît Hamon (14%,=). Sauf Jean Luc Mélenchon. Le leader de la France insoumise baisse légèrement à 11% (-0,5%). Néanmoins, note Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop, « cette dernière vague est déconnectée du contexte le plus récent ». Les dernières personnes interrogées et intégrées dans notre enquête n’ont pas été exposées à la convocation de l’ancien Premier ministre devant les juges d’instruction et à sa conférence de presse durant laquelle le candidat a évoqué « un assassinat politique ».

Emmanuel Macron reste le favori pour un second tour avec Marine Le Pen

Il faudra donc attendre jeudi 2 mars pour mesurer les premiers effets, ou pas, de ces dernières révélations et des démissions, comme celle de Bruno Le Maire qui a annoncé quitter la campagne, qui ont suivies. En attendant, c’est retour vers le futur pour François Fillon. Avec 21% d’intentions de vote, le candidat les Républicains revient à son score le plus haut enregistré depuis le début de notre enquête, le 1er février, quelques jours seulement après le lancement du « Penelopegate » dans Le Canard enchaîné. « Cette petite progression s’inscrit dans la continuité de celle observée ces derniers jours », décrypte Frédéric Dabi. Emmanuel Macron reste toutefois le favori pour disputer la finale de l’élection présidentielle avec Marine Le Pen en mai prochain.

Autre enseignement de cette nouvelle vague, la baisse continue du nombre d’électeurs se déclarant certains de voter Benoît Hamon. Le candidat socialiste est désormais le champions des indécis : seuls 41% des personnes qui ont indiqué une intention de vote en sa faveur se disent certains de leurs choix, contre 59% se disant encore prêts à changer d’avis. Certes, dans le prolongement de son accord avec l’écologiste Yannick Jadot, Benoît Hamon a stoppé l’érosion des intentions de vote en sa faveur. Mais celles-ci n’ont presque jamais été aussi fragiles…

CIM Internet