Paris Match Belgique

Le président russe brille dans un nouveau Poutine-Show

Poutine

Le président Vladimir Poutine lors du Mondial 2018. | © AFP PHOTO / POOL / Pavel Golovkin

Politique

La première émission de « Moscou. Kremlin. Poutine. » montre un président athlétique gravissant les montagnes et bienveillant, qui « aime les gens en général ».

L’émission intitulée « Moscou. Kremlin. Poutine. » a été lancée ce dimanche 2 septembre sur la chaîne publique Rossia 1. Pour sa première édition, elle montre les vacances d’un Vladimir Poutine dans une forme olympique en Sibérie. Il escalade aisément montagnes – « Un simple exercice » – alors que ses comparses se plaignent de courbatures. Il cueille des baies rouges et, magnanime, suggère de les « offrir au marché agricole ».

Allant un cran plus loin, l’émission interroge le porte-parole du président Dmitri Peskov qui fajt les louanges d’un homme qui « aime les enfants », « les gens en général » et qui est surtout « une personne très humaine ». Il insistera sur la solidité du président en affirmant que si des mesures de sécurité étaient prises, elles sont fortuites puisque : « Si des ours voient Poutine, ils ne sont pas idiots, ils savent se tenir ». Et le présentateur de l’émission Soloviev  en rajoute une couche en expliquant qu’en observant Poutine, « on voit à quel point il aime les enfants ».

La popularité de Poutine en baisse

Une publicité qui tombe à pic pour le président russe, comme l’analyse Le Monde, alors que sa popularité a pris un coup après une réforme des retraites prise en douce durant le Mondial, et qui a donné lieu à de nombreuses manifestations dans le pays. L’émission évoque quant à elle le sujet de loin, en mettant surtout en avant le « sens des responsabilités » du président qui va à la rencontre des jeunes et du peuple.

L’émission diffusée sur une chaîne publique a un goût de propagande. La liberté de la presse et d’expression en Russie est régulièrement critiquée par les associations. Interrogée par Le Monde, une journaliste russe affirmait que dans son pays, l’expression « c’est la télé qui est en guerre avec le frigo » était presque entrée dans le langage courant. Elle dénonce la mainmise du pouvoir sur les chaînes publiques, qui sont de plus en plus éloignées des réalité quotidiennes des Russes.

Une manœuvre récurrente

En outre, cette émission starifiant le président russe n’est pas sans rappeler l’émission « Alo Presidente » qui servait de tribune au feu président du Venezuela Hugo Chavez. Elle avait rassemblé durant plus de treize ans des milliers de Vénézuéliens, chaque dimanche. Au total plus de 1 656 heures et 44 minutes ont été diffusées sur la chaîne publique VTV. On y voyait principalement des monologues du président socialiste faisant les louanges de ses alliés et critiquant ses opposants. Cette émission avait inspiré d’autres dirigeants à faire de même en Équateur et en Bolivie.

CIM Internet