Paris Match Belgique

Venezuela : ils risquent 20 ans de prison pour avoir baptisé un âne « Maduro »

nicolas maduro âne

Le chef de l'État vénézuélien Nicolas Maduro, le 18 septembre 2018. | © AFP PHOTO / FEDERICO PARRA.

Politique

L’arrestation de ces deux pompiers, de 41 et 45 ans, est intervenue après la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo parodiant une visite officielle du chef de l’Etat vénézuélien Nicolas Maduro, représenté par un âne, dans leur caserne. 

Deux pompiers ont été accusés d' »incitation à la haine » au Venezuela pour s’être moqué du chef de l’État, incarné par un âne baptisé « Maduro » dans une vidéo diffusée sur internet, et ils risquent jusqu’à 20 ans de prison, a dénoncé lundi une ONG. Un tribunal a ordonné une « mesure de privation de liberté » (détention provisoire) à l’encontre de Ricardo Prieto et Carlos Varon, arrêtés mercredi dans la ville de Merida (ouest), pour « incitation à la haine » aggravée, a déclaré lundi à l’AFP Fernando Cermeño, représentant de l’ONG Foro Penal dans cette région.

Lire aussi > Venezuela : le pays qui laisse mourir de faim ses enfants

L’arrestation de ces deux pompiers, de 41 et 45 ans, est intervenue après la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo parodiant une visite officielle du chef de l’État vénézuélien Nicolas Maduro, représenté par un âne, dans leur caserne. Sur ces images, accessibles sur internet, on peut voir l’animal tiré par une corde circuler dans le bâtiment, tandis que celui qui filme commente. « Nous recevons la visite du président Maduro » ou encore « président Maduro, par ici s’il vous plaît ! », dit-il notamment.

Une « Loi contre la haine » comme un instrument pour « criminaliser la dissidence »

Selon l’ONG de défense des droits de l’homme, l’accusation se base sur la Loi contre la haine, adoptée fin 2017 par l’Assemblée constituante et dénoncée à l’époque par l’opposition comme un instrument pour « criminaliser la dissidence ». Le texte, voté par cette instance créée par le pouvoir chaviste pour neutraliser le Parlement et composée uniquement de partisans du pouvoir, prévoit des peines allant jusqu’à 20 ans de prison, l’interdiction de partis politiques et la fermeture de médias en infraction.

Pour l’heure, les autorités n’ont pas commenté le cas des pompiers, qui ont été inculpés ce week-end. « Une peine de prison pour punir la liberté d’expression est disproportionnée et inutile, contraire aux traités internationaux des droits de l’homme », a réagi de son côté Espace public, une autre ONG. Selon Foro Penal, il y a près de 240 « prisonniers politiques » au Venezuela.

CIM Internet