Paris Match Belgique

En désamour (presque) général, Fillon est officiellement lâché par l’UDI

L'ancien ministre français Jean-Louis Borloo est à l'origine de l'Union des démocrates et indépendants. | © AFP PHOTO / JOEL SAGET

Politique

L’UDI s’apprête à lâcher officiellement François Fillon et encourage son parti à trouver un autre candidat, déjà tout désigné : Alain Juppé. Jean-Louis Borloo, fondateur de l’UDI, est prêt à se lancer concrètement à ses côtés.

Il semblerait que s’annonce la Berezina pour François Fillon : lâché de toutes parts cette semaine – par Bruno Le Maire, son porte-parole et même « Les Jeunes avec Fillon » – le candidat de droite s’apprête à vivre une nouvelle déconvenue ; « au plus tard à 20 heures », le président depuis 2014 de l’Union des démocrates et indépendants (UDI) annoncera officiellement le retrait des centristes de la campagne de Fillon.

Juppé à la rescousse

Si l’UDI avait déjà annoncé la « suspension » de son soutien plus tôt dans la semaine, cette fois-ci, c’est la bonne. Jean-Christophe Lagarde est en effet attendu à 19h sur le plateau de BFM TV pour faire connaitre officiellement la décision finale du parti. Il a fait savoir qu’il appelera également Les Républicains à « trouver un autre candidat ». Dès lors, Alain Juppé, qui avait échoué face à Fillon, est vu comme un potentiel second couteau pour la droite.

Lire aussi : Hamon rencontrera Mélenchon et Jadot

« On voit bien que chaque jour qui passe fragilise la campagne de François Fillon et éloigne la perspective d’une présence de notre candidat au second tour […] On ne peut pas attendre le 15 mars [date à laquelle Fillon est convoqué devant les juges pour une mise en examen dans l’affaire des emploins fictifs] pour envisager un remplacement du candidat », a d’ailleurs déclaré l’UDI dans un communiqué, avant d’appeler « solennellement » Juppé à « prendre le relais ».

Jean-Louis Borloo lui-même, pourtant retiré de la politique, pourrait bien se lancer dans la bataille à ses côtés, afin de donner un « signal centriste fort », croit Jean-Christophe Lagarde.

Lire aussi : La France dans un « climat de quasi-guerre civile » selon Fillon

La goutte de trop pour l’UDI, c’est le ressemblement pro-Fillon qui devrait avoir lieu dimanche au Trocadéro. Un évènement de soutien présenté par Valeurs actuelles, l’hebdomadaire d’extrême-droite, comme une manifestation « contre les juges« . « Une stratégie extrêmement dangereuse », a par ailleurs déclaré Philippe Gosselin, député Les Républicains, d’autant plus lorsqu’on apprend que « Sens commun », l’organisation politique associée à la « Manif pour tous », sera de la partie.

CIM Internet