Paris Match Belgique

Armes à feu, cuirs, serviettes en papier : La marque « Benalla » déposée par une avocate

Alexandre Benalla, le 19 septembre 2018. | © AFP PHOTO / Alain JOCARD

Politique

Une avocate a déposé le 23 juillet la marque « Benalla » pour faire valoir ses droits sur d’éventuelles armes à feu ou serviettes en papier au nom de l’ex-collaborateur de l’Elysée. 

Une avocate parisienne a déposé le 23 juillet la marque « Benalla » pour faire valoir ses droits sur d’éventuelles armes à feu ou serviettes en papier au nom de l’ex-collaborateur de l’Elysée, a appris l’AFP mercredi auprès de l’Institut national de la propriété industrielle.

Au lendemain de la mise en examen d’Alexandre Benalla pour des violences le 1er mai, Me Géraldine Lesieur avait déposé cette demande d’inscription de la marque « Benalla », listant une série de produits et services allant des explosifs aux fourrures en passant par les gardes d’enfants à domicile, peut-on lire sur le site de l’Inpi, confirmant une information de la Dépêche du Midi.

Jusqu’au 17 octobre pour contester

Alexandre Benalla n’a « pas forcément été informé » de cette démarche, a expliqué l’Inpi. Le délai légal de deux mois pour contester ce dépôt expirera le 17 octobre. Pour y faire opposition, il faut cependant déjà posséder soi-même une marque du même nom.

Lire aussi > Quand Alexandre Benalla s’amuse avec son pistolet… sans être titulaire d’un port d’arme

L’avocate parisienne, qui a -selon son cabinet- notamment défendu les intérêts du préfet de police, devra désormais attendre deux mois supplémentaires pour voir sa demande définitivement « validée », précise-t-on à l’Inpi. Dans cet intervalle l’Inpi peut faire objection, en se fondant notamment sur « le respect de l’ordre public » ou les « bonnes mœurs », a détaillé une source au sein de l’Institut.

Si sa demande est validée, Géraldine Lesieur deviendra la propriétaire légale de la marque « Benalla ». Contactée par l’AFP, l’avocate parisienne n’était pas joignable. C’est la seule marque qu’elle a à ce jour déposée au titre de la propriété industrielle. Ancien conseiller de l’Elysée, Alexandre Benalla a déclenché une tempête politico-judiciaire après avoir été filmé violentant un manifestant en marge du défilé du 1er mai à Paris.

CIM Internet