Paris Match Belgique

La statue d’une sufragette anglaise provoque une crise

Emmeline Pankhurst

La statue d'Emmeline Pankhurst dans le Victoria Tower Gardens à Londres. | © AFP PHOTO / DANIEL LEAL-OLIVAS

Politique

Des parlementaires britanniques souhaitaient déplacer la statue de la suffragette Emmeline Pankhurst, actuellement située près du Parlement. Vivement critiquée, la proposition, symbolique pour l’histoire des droits des femmes, a finalement été retirée.

C’est la fin d’une longue polémique en Angleterre, où des parlementaires conservateurs avaient demandé de déplacer la statue d’Emeline Pankhurst, une suffragette anglaise. Les élus souhaitaient déménager le monument dans la cour d’une université privée dans laquelle, selon leurs dires, elle aurait eu plus de visibilité. Face aux tollé, le groupe politique a retiré sa proposition. Située dans le quartier de Westminster, cette oeuvre de bronze rend hommage à l’une des plus grandes activistes pour le droit de vote des femmes britanniques. C’est en 1930 que cette statue, financée par des suffragette, est inaugurée et placée de façon symbolique, juste devant le Parlement.

suffragette
AFP PHOTO / DANIEL LEAL-OLIVAS

« Un acte de vandalisme contre l’histoire des femmes »

L’Emeline Pankhurst Trust, un groupe à but non lucratif dirigé par l’ancien député conservateur Sir Neil Thorne, avait soumis une proposition en juillet visant à « démanteler avec soin » la statue existante et à la déplacer ailleurs. Le projet décrivait l’emplacement actuel comme quelque peu masqué. La proposition a entraîné une vive polémique. Caroline Criado Perez, militante féministe et journaliste, a qualifié la proposition de mouvement « d’acte de vandalisme contre l’histoire des femmes ». La proposition de Neil Thorne a reçu plus de 890 commentaires, presque tous critiquant le projet. 

Lire aussi > #HomeToVote : Ces Irlandaises qui sont rentrées chez elles pour voter

Le conseil municipal de Westminster a confirmé ce lundi que la demande avait été retirée. Se félicitant de cette décision, Caroline Criado Perez a déclaré au Guardian: «C’est une grande surprise, mais je suis absolument ravie. C’était incroyablement clair, il suffisait de jeter un coup d’œil sur l’histoire de la statue pour se rendre compte que l’emplacement était incroyablement significatif. C’était un endroit spécialement choisi par les suffragettes. Je sentais très fortement que leurs souhaits devraient être respectés et qu’il était complètement faux de déplacer la statue sur le terrain d’un collège privé ».

Lire aussi > Quand Matilda se dresse face à Trump

« Nous ne devons pas oublier que Pankhurst s’est battue pour que les femmes aient une place au Parlement, et c’est pour cette raison qu’une statue a été érigée à cet endroit. En quoi est-ce logique de déplacer le symbole de son héritage dans un lieu qui n’a aucun lien avec elle ? », s’interrogeait la députée travailliste Alison McGovern dans une tribune parue dans le journal numérique The Independent la semaine dernière.

Des méthodes radicales

Faisant partie de la branche militante plus radicale, Emmeline Pankhurst avait fondé le Women’s Social and Political Union (WSPU). Elle agissait avec son groupe à travers des actions directes : manifestations, grèves de la faim, bombes artisanales. Des méthodes qui n’ont pas toujours fait l’unanimité. A partir de 1978, les femmes de plus de 30 ans sont autorisées à voter en Angleterre. Puis en juillet 1928, un mois après le décès d’Emmeline Pankhurst, les femmes ont obtenu le droit de vote dès l’âge de 21 ans, au même titre que leurs homologues masculins.

CIM Internet