Matelas, casquette et « Superman » : La rencontre surréaliste entre Trump et Kanye West

Matelas, casquette et « Superman » : La rencontre surréaliste entre Trump et Kanye West

kanye west

Kanye West, lors de sa rencontre avec le président américain. | © SAUL LOEB / AFP

Politique

Déjà critiqué pour sa bromance avec le président américain, Kanye West s’est rendu à la Maison Blanche pour un déjeuner avec Donald Trump marqué par un langage peu adapté à la solennité du lieu.

La scène est pour le moins singulière : un rappeur, Kanye West, monopolisant la parole pendant 10 minutes, caquette sur la tête et téléphone portable posé sur le bureau du président des Etats-Unis, pour parler de ses attributs masculins, de ses troubles mentaux et de violences urbaines.

Donald Trump avait décidé de recevoir jeudi à la Maison Blanche la superstar du rap, un de ses supporters les plus fervents, preuve selon le président américain de sa popularité auprès de l’électorat noir. Devant la presse et accompagné de l’ancien joueur de football américain Jim Brown, « Ye », comme il veut se faire appeler actuellement, s’est présenté dans le Bureau ovale coiffé de la célèbre casquette rouge barrée du slogan de campagne du candidat Trump, « Make America Great Again ». « Il y a quelque chose quand je mets cette casquette, ça me fait me sentir comme Superman. C’est mon super-héros préféré ».

Lire aussi > Make Kanye Great Again : La bromance (critiquée) entre le rappeur et Trump

Il s’est ensuite défini comme quelqu’un qui « admirait » le président américain et le secteur industriel, « sans politique, ni conneries », a-t-il précisé. Continuant d’utiliser un langage peu adapté à la solennité du lieu, il a assuré avoir eu « les couilles » de porter la casquette. Il a ensuite expliqué, par souci de protectionnisme économique comme Donald Trump, avoir demandé à l’entreprise de matelas Casper de relocaliser leurs sites de production sur le sol américain.

kanye west
© Photo by SAUL LOEB / AFP

Il a également évoqué Chicago, sa ville natale, qui devait au départ être au centre des discussions sur les thèmes de la violence et de la réforme carcérale. Pour lui le problème « vient des armes à feu illégales. Pas des armes légales. Nous avons le droit d’avoir des armes à feu ». 

Lire aussi > À Chicago, la guerre des gangs s’invite dans la course à la mairie

« C’était quelque chose »

Dans un tourbillon de paroles, il s’est également ouvert sur la bipolarité qui lui a été diagnostiquée, expliquant qu’il manquait simplement de sommeil. Au passage, il a déverrouillé son iPhone devant les caméras, dévoilant son – peu imaginatif – code secret : 00000. À la fin de son monologue, pendant lequel le président Trump s’est contenté d’opiner, les deux hommes se sont enlacés, avant d’aller déjeuner loin des caméras. « Je vais vous dire quelque chose c’était assez impressionnant », a commenté le milliardaire républicain. « C’était quelque chose ».

Avant de le recevoir, Donald Trump avait chanté les louanges de Kanye West jeudi matin sur Fox News. « Je l’aime beaucoup, c’est un ami à moi, je le connais depuis longtemps », a déclaré le président sur la chaîne conservatrice. « Dans le monde de la musique on dit que c’est un génie », a-t-il ajouté à propos du rappeur, l’un de ses plus fervents soutiens. Un soutien d’autant plus précieux que le milieu du rap est généralement opposé au président républicain. « Quand Kanye a révélé (sa position) il y a quelques mois, quelque chose s’est passé, j’ai monté de 25% dans les sondages. Du jamais-vu. Il est très suivi au sein de la communauté noire. Très, très suivi », a assuré Donald Trump.

Avec Belga

Mots-clés:
Donald Trump Kanye West
CIM Internet