Paris Match Belgique

Élections : Pourquoi le vote électronique est-il remis en question ?

vote électronique

Le politologue flamand Bart Maddens avait dans une tribune salué la décision du Parlement wallon de retourner au vote papier | © BELGA PHOTO / KRISTOF VAN ACCOM

Politique

Moins d’une heure après l’ouverture des bureaux de vote, premières plaintes sur la toile : des bureaux « en panne », des citoyens qui attendent les réparateurs ou obligés de se rendre à d’autres bureaux de vote. Mais au-delà des retards liés aux soucis techniques, la sécurité du vote électronique est elle-aussi remise en question.  

Pour ces élections communales et provinciales, les régions ont adopté des modalités de vote différentes. Alors que la Wallonie est revenue au système du vote papier, Bruxelles a mis en place pour les communes utilisant le vote électronique un nouveau système comprenant des tickets avec un QR Code. Mais beaucoup remettent le principe en question. Et pour couronner le tout, les bugs techniques ne se sont pas fait attendre à l’ouverture des bureaux de vote.

Lire aussi > Élections communales : Que risque-t-on vraiment si l’on ne va pas voter le 14 octobre ?

#votepapier

47 bureaux de vote ont vu leur ouverture retardée par un problème technique, rapporte Le SoirÀ 10 heures, une trentaine de bureaux étaient toujours fermés. Les autorités, s’excusant pour ces soucis techniques, se veulent rassurantes sur l’impact de ces derniers sur le résultat du scrutin.  Mais ces problèmes ne sont pas de nature à rassurer les citoyens et associations qui avaient avant ce 14 octobre déjà protesté contre la décision la région bruxelloise de s’en tenir au vote électronique malgré les graves problèmes rencontrés en 2014. En effet, lors des dernières législatives fédérales, un monumental bug informatique avait retardé le dépouillement à Bruxelles ainsi que la publication des résultats. Il avait également engendré la perte d’énormément de votes. Lors des élections locales de 2012, des citoyens trop « lents » avaient souvent fini par attribuer leurs voix au candidat dont le nom était situé à côté du logo du parti.

Elections
© BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR

Contestations à Bruxelles

Le politologue flamand Bart Maddens avait dans une tribune sur De Morgen salué la décision du Parlement wallon de retourner au vote papier « C’est une question de principe : le processus électoral doit être contrôlable et transparent de A à Z »,  avait-il écrit alors que de plus en plus de communes flamandes ont mis en place un système de vote électronique. En aout, le ministre sp.a John Crombez avait également appelé à plus de garanties pour le vote électronique, rapportait Metro. Et à l’heure où les manipulations d’élections sont au centre des débats, de nombreux pays tels que les Pays-Bas, l’Allemagne et l’Irlande sont revenus au vote papier.

Lire aussi > La Belgique face à la menace d’une cyber-ingérence russe dans ses élections

Pour l’association Pour EVA – Pour une éthique du vote automatisé – les dirigeants bruxellois n’ont pas tiré les leçons des soucis graves rencontrés en 2014. Elle a écrit une lettre en protestation contre le vote électronique et se montre extrêmement sceptique sur les mesures de sécurité proposées. Elle insiste grandement sur le fait que tous les électeurs doivent avoir la garantie que leur vote sera pris en compte. En conséquence, une dizaine de citoyens membres de l’association a décidé de protester lors des élections de ce dimanche, voire de ne pas aller voter.

 

 

CIM Internet