Paris Match Belgique

Trump déclare avoir un « instinct naturel pour la science »

Donald Trump

« Je suis d'accord que le climat change mais ça va et ça vient, ça va et ça vient » | © SAUL LOEB / AFP

Politique

Pour le fin connaisseur, le réchauffement climatique est simplement cyclique. Et si les recherches scientifiques affirment que l’homme est la cause de ce dernier, Donald Trump préfère écouter son… instinct. 

Si l’on est aujourd’hui habitués à l’évocation de doutes par le président américain sur la véracité du réchauffement climatique, c’est la première fois que ce dernier met en avant ses propres qualités scientifiques. À défaut d’avoir une quelconque formation ou expérience scientifique (ou politique, à vrai dire), Donald Trump a ce 16 octobre mis une qualité notable en avant, justifiant le retrait américain de l’accord de Paris ainsi que l’élimination progressive de toutes les lois régulant les entreprises polluantes : son instinct.

Lire aussi > Trump : Un calme olympien face au rapport alarmant sur le climat de l’ONU

Oncle scientifique

Donald Trump
©  SAUL LOEB / AFP

« Vous savez, je suis quelqu’un qui croit très, très fortement en l’environnement. Je suis vraiment un écologiste. Je sais que les gens ne me voient pas comme ça, mais je suis un écologiste. Tout ce que je veux et tout ce que j’ai est propre. La propreté, c’est très important –l’eau et l’air. Mais je veux aussi des emplois pour notre pays », a-t-il déclaré lors d’une interview à l’agence Associated PressBon prince, Donald Trump affirme donc se préoccuper de l’environnement. Une déclaration à première vue débattable, compte tenu des actions définitivement anti-climat de son administration. Le milliardaire new-yorkais a alors répété qu’il n’était tout simplement pas convaincu du fait que le changement climatique soit causé par l’homme, même si des milliers de scientifiques l’affirment. « Je suis d’accord que le climat change mais ça va et ça vient, ça va et ça vient », a-t-il appuyé.

Lire aussi > Aux États-Unis, on étudie la « Trumpaganda » à l’université

Et quand les journalistes lui ont rappelé le contenu du rapport alarmant du GIEC récemment publié, il a sorti un argument de taille : son instinct est simplement supérieur à celui de beaucoup de scientifiques. Preuve indéniable pour appuyer ce fait : son oncle était chercheur à l’université : « Mon oncle était un grand professeur à MIT pendant des années. Dr. John Trump. Et je n’ai pas parlé de ce sujet particulier avec lui, mais j’ai un instinct naturel pour la science et je peux dire qu’il y a des scientifiques des deux côtés ». Une réponse tout simplement hallucinante, alors que, comme le rappelle le magazine Slate, il a été officiellement déclaré erroné de considérer la communauté scientifique divisée au sujet du changement climatique.

CIM Internet