Paris Match Belgique

Qui est Catherine Moureaux, la nouvelle bourgmestre de Molenbeek ?

Catherine Moureaux PS Molenbeek

Catherine Moureaux reprend le flambeau de son père. | © Bernard Demoulin

Politique

Basketeuse, médecin, fille de l’ancien bourgmestre à la tête de Molenbeek pendant vingt ans, la socialiste Catherine Moureaux a déjà quelques bonnes passes et tirs cadrés à son CV.  

Depuis dimanche soir, la seule femme bourgmestre à Bruxelles fait les gros titres. Élue à Molenbeek six ans après la défaite de son père, elle est déjà au coeur d’altércations avec des ministres NVA. Portrait.

Dr Moureaux, au chevet des patients

Catherine Moureaux, docteur en médecine et spécialisée en santé publique, a exercé au sein de deux maisons médicales, dans le bas de Saint-Gilles et à Ixelles. Il lui fallait « un métier qui m’immergeait au cœur des réalités vécues par le plus grand nombre » explique-t-elle sur son site. Egalement chargée d’enseignement à l’ULB, Catherine Moureaux s’est peu à peu mise à réfléchir à une entrée en politique pour prolonger son action. « Cette expérience a renforcé ma conscience citoyenne. Mue par celle-ci, j’ai souhaité agir à un niveau macro. C’est donc ce qui a guidé tant mon choix d’entrée en politique que celui de mon affiliation au Parti socialiste ».

catherine moureaux
Bernard Demoulin

Catherine, la basketeuse

Depuis toute petite, et pendant 20 ans, Catherine Moureaux a aussi joué au basket de haut niveau. Dans un article de nos confrères de La Libre Belgique on y apprend qu’elle occupait le place de pivot. Un poste « qui consiste entre autres à intimider les adversaires qui cherchent à inscrire des paniers ». Il s’agit du joueur situé le plus près du panier quand le jeu est en place, et surtout d’une place très prisée.

Lire aussi > Molenbeek-sur-Djihad. Pleins feux sur trente ans de dérives

Fille de …

Femme politique, Catherine Moureaux est aussi la fille de Philippe Moureaux et de Françoise Dupuis. Sa mère a été conseillère communale PS à Uccle pendant 36 ans et députée bruxelloise. Son père, sénateur PS, a dirigé la commune de Molenbeek pendant vingt ans. Après avoir été renversé en 2012 par la libérale Françoise Schepmans, c’est sa fille qui a donc repris le flambeau, après s’être installée dans la commune en 2016.

Parti socialiste
Bernard Demoulin

L’entrée en politique

Catherine Moureaux adhère au Parti socialiste en 2005. Moins de dix ans plus tard, elle est élue députée à la Région bruxelloise et conseillère communale à Schaerbeek. Mais elle abandonne en 2015 sa commune pour déménager de l’autre côté du canal. L’objectif est clair : la reconquête du pouvoir à Molenbeek pour le PS. Et pour ses détracteurs, la manoeuvre permet un joli parachutage pour reprendre la dynastie du père, en jouant avec la magie du nom de famille.

Lire aussi > Élections communales : Les tendances des grandes villes

Alors qu’elle n’habite la commune que depuis deux ans et demi, au soir du 14 octobre Catherine Moureaux réussit à renverser Françoise Schepmans. Elle obtient même un meilleur score que son père lors de l’élection précédente. Certains diront que Philippe Moureaux est vengé, et le Parti socialiste récupère son bastion bruxellois.

Les premières polémiques

A peine élue, le ton est déjà monté entre la nouvelle bourgmestre de Molenbeek et le Ministre de l’Intérieur. Alors que la socialiste souhaite revoir le Plan Canal, Jan Jambon s’est inquiété que la future bourgmestre laisse agir en toute impunité les délinquants. Catherine Moureaux a remis les pendules à l’heure dans un tweet. 

Lire aussi > Communales à Molenbeek : La photo de la discorde

La photo de liesse populaire au soir de son élection a fait réagir un autre membre NVA du gouvernement fédéral. « Toutes les autres femmes ont dû rester à la maison », a déclaré le secrétaire d’État à l’Asile et aux Migrations, Théo Francken. Qu’on s’appelle Catherine ou Philippe, le nom Moureaux polarise et divise.

 

CIM Internet