Paris Match Belgique

Hawaï poursuit en justice le nouveau décret migratoire de Donald Trump

La mise en oeuvre du nouveau décret migratoire de Donald Trump est prévue pour le 16 mars prochain. | © Flickr : Botho

Politique

Le ministre de la Justice de l’État américain de Hawaï a dit son intention de demander mercredi la suspension temporaire du nouveau décret migratoire du président Donald Trump.

Douglas Chin a demandé à la justice d’examiner, dans une procédure accélérée, une ordonnance de suspension temporaire du texte afin de « permettre au tribunal d’entendre les arguments de l’État avant la mise en oeuvre du décret le 16 mars », selon un communiqué.

Lire aussi : Décret anti-immigration suspendu : Donald Trump dénonce une justice politisée 

Résistance collective

Le 3 février, James Robart, un juge fédéral de Seattle (État de Washington) avait bloqué temporairement l’application de la première mouture du décret sur l’ensemble du territoire américain au motif qu’il provoquerait « un préjudice irréparable ». Le ministre de la Justice du même État, Bob Ferguson, a reconnu lundi plusieurs grandes « capitulations » dans le nouveau texte, qu’il entend examiner encore quelques jours.

Lire aussi : La résistance magique contre Trump

Le président américain a présenté lundi une version amendée du décret, qui interdit temporairement l’entrée aux États-Unis des réfugiés et des ressortissants de six pays. L’Irak sort de la liste des pays visés par une suspension de trois mois de tout octroi de visa. En restent six – l’Iran, la Libye, la Syrie, la Somalie, le Soudan, le Yémen – dont la situation actuelle n’offre pas, selon l’administration Trump, la possibilité de vérifier correctement les antécédents des voyageurs. Les résidents permanents et passagers déjà munis de visas valides seront autorisés à voyager.

Lire aussi : Donald Trump face au Congrès, le discours de la deuxième chance

Les Syriens ne sont plus visés par une suspension des demandes de statut de réfugiés pour une durée indéterminée. Ils tombent sous le coup du même gel de 120 jours que le reste du monde. Et la préférence accordée aux minorités religieuses a disparu.

(Avec Belga)

CIM Internet