Paris Match Belgique

Alexandria Ocasio-Cortez, la socialiste qui dépoussière le parti démocrate

Alexandria Ocasio-Cortez à Boston, en septembre 2018. | © Don EMMERT / AFP

Politique

À 28 ans, Alexandria Ocasio-Cortez a provoqué la surprise en remportant la primaire démocrate face à Joe Crowley, élu depuis près de 20 ans. Elle est une des figures de cette nouvelle vague au sein du parti démocrate.

En une phrase, Alexandria Ocasio-Cortez a résumé la nouvelle vague venue de la gauche qui commence à faire des remous au sein du parti démocrate : « Nous avons contré une machine avec un mouvement ». À 28 ans, celle qui se revendique socialiste démocrate a largement battu l’élu sortant Joe Crowley, qui représente depuis 1999 le 14ème district de New York, lors de la primaire démocrate, avec 57% des voix. Une victoire que Donald Trump s’est vanté d’avoir prédit, même si « ses opinions sont horribles ».

Une revanche pour cette ancienne collaboratrice de Bernie Sanders, lui-même battu par Hillary Clinton lors de la primaire pour l’investiture démocrate à la présidentielle de 2016. « J’ai commencé cette campagne avec un sac en papier et un porte-bloc », se félicitait-elle au lendemain de sa victoire, interrogée par Politico. Elle avait expliqué son plan, réussi, pour battre son adversaire : « Ce n’était pas en me jetant vers le centre. Pas en dépensant toute notre énergie à convaincre ceux qui ont d’autres opinions. C’est en élargissant l’électorat, en parlant à ceux qui se sentent désenchantés, découragés, cyniques à propos de la politique, et leur montrer que nous nous battons pour eux. »

Si elle venait à l’emporter le 6 novembre – elle est favorite dans ce bastion démocrate –, elle serait la plus jeune femme à n’avoir jamais été élue au Congrès. Parmi ses objectifs : la couverture sociale pour tous, un contrôle des armes à feu, l’établissement du logement en tant que droit humain, la défense du droit des femmes, la mobilisation contre le changement climatique… et pour Porto Rico, territoire américain dévasté par le passage de l’ouragan Maria, l’an dernier.

Au Texas pour rencontrer les enfants séparés de leurs parents

Outre les différences politiques, Alexandria Ocasio-Cortez avait mis l’accent sur un problème majeur de son opposant : il ne représentait pas suffisamment un des districts les plus variés du pays. Selon les statistiques, 54% des habitants de cette circonscription qui couvre le Queens et le Bronx sont hispaniques, 26% afro-américains et 5% asiatiques, explique Time.

Pour le tout dernier week-end de campagne avant le vote des primaires, l’ancienne collaboratrice de Ted Kennedy avait fait un choix osé : quitter New York pour le Texas pour rendre visite à des enfants placés dans un centre de détention car ils avaient été arrêtés en même temps que leurs parents sans papiers. Un déplacement qui voulait illustrer un de ses combats mené contre l’ICE, l’agence de police douanière chargée de la protection des frontières, dont elle réclame la suppression.

« Elle représente le futur du parti démocrate »

Alexandria Ocasio-Cortez est donc issue de cette nouvelle vague, dont se revendique également Cynthia Nixon. L’actrice, connue pour son rôle dans la série Sex and the City, s’était présentée face au gouverneur sortant Andrew Cuomo : « Elle représente le futur du parti démocrate. Alexandria et moi nous allions pour affronter le groupe des vieux garçons, rejeter l’argent des entreprises et mener des campagnes avec des gens qui ont une vision progressiste pour que New York serve le plus grand nombre, pas seulement une poignée qui peut acheter de l’influence. »

Un message qui trouve de l’écho, y compris au sein des grands noms du parti démocrate. Si son adversaire avait reçu le soutien des sénateurs de New York, Alexandria Ocasio-Cortez peut désormais se vanter d’avoir reçu la recommandation d’un certain… Barack Obama.

CIM Internet