Paris Match Belgique

Pharrell Williams menace de poursuivre Trump

PHARRELL WILLIAMS DONALD TRUMP

Pharrell Williams veut poursuivre Trump pour avoir utilisé sa chanson "Happy" après la tuerie de Pittsburgh. | © FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Politique

Pharrell Williams a envoyé une lettre se disant prêt à poursuivre en justice Donald Trump pour avoir joué « Happy » après la fusillade de Pittsburgh. 

« La tragédie infligée à notre pays samedi n’a rien d’heureux et aucune autorisation n’a été accordée pour votre utilisation de cette chanson à cette fin. » C’est avec ces mots que l’avocat du chanteur a exprimé la colère de Pharrell Williams envers le président américain. Donald Trump a fait jouer samedi la chanson « Happy » de Pharrell Williams lors d’un rassemblement organisé dans le Midwest quelques heures seulement après la fusillade dans une synagogue à Pittsburgh.

Lire aussi > Fusillade à Pittsburgh : Trump a-t-il une part de responsabilité dans cette attaque antisémite ?

« Le jour du meurtre de masse de onze personnes par un nationaliste dérangé, vous avez fait jouer sa chanson « Happy » devant la foule lors d’un événement politique dans l’Indiana », écrit l’avocat Howard King dans sa lettre. Howard King rappelle que Pharrell Williams n’a pas et ne donnera pas la permission à Trump d’autoriser ou de diffuser publiquement sa musique, et affirme que l’utilisation de « Happy » sans son consentement constitue à la fois une violation du droit d’auteur et d’une marque déposée.

Ce n’est pas la première fois que Trump reçoit une telle demande de la part d’un artiste. Steven Tyler a protesté à plusieurs reprises contre l’utilisation de la musique d’Aerosmith par Trump lors de ses événements. Parmi les autres personnes ayant déposé des plaintes similaires, citons la famille de Prince pour le titre « Purple Rain », R.E.M., Queen et les cinéastes d’Air Force One.

Lire aussi > Quand les artistes mettent l’ambiance dans les meetings politiques, contre leur gré

CIM Internet