Paris Match Belgique

Au Nigeria, l’armée cite Trump pour justifier sa sanglante répression des chiites

nigeria

Des femmes en deuil assistent à l'enterrement des victimes de la violence contre les manifestants du Mouvement islamique du Nigeria. | © MUDASHIRU ATANDA / AFP

Politique

Après avoir tiré des balles réelles sur des manifestants chiites, l’armée nigériane a repris les propos du président américain Donald Trump qui justifient l’usage de la force par les soldats si les migrants leur jettent des pierres.

L’armée nigériane a ouvert le feu cette semaine sur des manifestants du Mouvement islamique du Nigeria (IMN) qui avaient bloqué la circulation dans la banlieue de la capitale, Abuja, pour réclamer la libération de leur leader Ibrahim Zakzaky emprisonné depuis trois ans. Si l’armée affirme avoir tué trois manifestants, le bilan serait beaucoup plus élevé. Cités par le New York Times, les organisateurs de la manifestation et Amnesty International font, eux, état de plus de quarante morts et plus de 100 blessés par balles.

Lire aussi > Aux États-Unis, les soldats pourraient tirer sur les migrants s’ils leur jettent des pierres

« Légitime défense »

Les défenseurs des droits de l’homme ont été choqués par la réponse des militaires la jugeant disproportionnée. Pour répondre aux critiques, l’armée nigériane a publié sur son compte Twitter une vidéo en commentant « Regardez SVP et tirez-en vos propres conclusions ». Celle-ci montre un discours du président américain Donald Trump prononcé jeudi dans lequel il évoque le sort de la caravane de migrants sud-américains s’approchant de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, et prévient que toute personne jetant des pierres serait considérée comme armée.

Lire aussi > Comparer les migrants à des criminels : La vidéo de Donald Trump fait polémique

S’« ils veulent lancer des pierres sur notre armée, notre armée répliquera », avait-il déclaré depuis la Maison Blanche. « Je leur ai dit (aux soldats) de considérer cela (une pierre) comme un fusil. S’ils (les migrants) lancent des pierres comme ils l’ont fait envers la police et l’armée mexicaine, je dis, considérez cela comme un fusil », avait-il ajouté, alors qu’un porte-parole du Pentagone rappelait quant à lui « le droit fondamental de légitime défense » dont disposent les soldats américains.

nigeria
Près de 1000 manifestants bloquent la circulation dans la banlieue de la capitale, Abuja. © SODIQ ADELAKUN / AFP

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent en effet plusieurs manifestants jetant des pierres sur des soldats lourdement armés qui ont ensuite tiré dans le dos sur des manifestants en fuite.

Violence armée

Interrogé par l’AFP, le porte-parole de la Défense, John Agim a confirmé que ce tweet, entre-temps supprimé, faisait directement référence à la récente répression de manifestants de la minorité chiite au Nigeria. Mais il a condamné le rapport qui accuse l’armée nigériane « d’avoir utilisé des armes sur des manifestants chiites pacifiques ». « Non seulement ils utilisent des pierres mais ils transportaient également des cocktails Molotov, des machettes et des couteaux, alors oui, nous considérons qu’ils étaient armés », a poursuivi le porte-parole.

« Nous sommes intervenus uniquement parce que les membres de l’IMN essaient de s’en prendre à nous, ils arrivent sur des check-points et essaient de nous provoquer », a-t-il ajouté, alors que l’IMN a de son côté assuré que l’armée avait commencé à tirer sur ses partisans non armés.

CIM Internet