Le pape François dit « oui » à l’ordination d’hommes mariés

Le pape François dit « oui » à l’ordination d’hommes mariés

Dans une interview accordée au journal allemand "Die Zeit", le pape François rappelle qu'il se considère comme "quelqu'un de normal" qui n'aime pas être "idéalisé". | © Belga

Politique

Face à la pénurie de prêtres, le pape François recommande d’ordonner des hommes mariés, impliqués depuis longtemps dans l’Église.

Le pape François a estimé dans une interview au journal allemand Die Zeit parue jeudi, qu’il fallait « réfléchir » à la possibilité d’ordonner des « viri probati », ces hommes d’âge mûr impliqués dans l’Église et mariés. « Nous devons aussi déterminer qu’elles seraient leurs fonctions, par exemple dans des localités reculées », a détaillé le Pape François, rendant un peu plus concret ce projet qu’il mentionne depuis plusieurs années.

Il ne faut pas avoir peur. Les craintes ferment des portes, la liberté en ouvre.

Pénurie de prêtres

Face à la pénurie de prêtres dans de nombreux pays, et notamment en Allemagne, la question revient régulièrement à l’ordre du jour.

Lire aussi : La profession de foi de Joseph de Kesel : « L’homme est un être religieux »

Beaucoup dans l’Église estiment, face à la pénurie de prêtres dans de nombreux pays, qu’il faudrait ouvrir une nouvelle filière : à côté des prêtres faisant vœu de célibat lors de leur ordination, ils recommandent d’ordonner des « viri probati », hommes mariés, ayant du temps en raison de leur retraite, et ayant fait la preuve d’un long engagement dans l’Église. Ces catholiques désireux de se mettre au service de l’Église ont la possibilité de devenir diacres, mais pas prêtres.

 » Je veux juste être un témoin de paix »

A post shared by @pape_francois on

Favoriser les vocations des jeunes

À plusieurs reprises, le pape argentin avait déjà affirmé que l’interdiction de l’ordination d’hommes mariés n’était pas un point de doctrine intangible. Benoît XVI avait déjà affirmé que ce n’était pas un dogme, comme l’est par exemple la foi dans la Résurrection du Christ. En revanche, le souverain pontif a maintenu que permettre aux séminaristes de choisir ou non le célibat, n’était « pas la solution ».

Lire aussi : Je jeûne donc je suis : le carême, plus hype que jamais

Il invite ainsi à redoubler d’efforts dans la « prière » et dans l’engagement auprès des jeunes afin de favoriser les vocations.

Un pape « pécheur et faillible »

Dans la longue interview accordée à Die Zeit, le pape François rappelle qu’il se considère comme « quelqu’un de normal » qui n’aime pas être « idéalisé »« Je suis pécheur et faillible », a-t-il indiqué. « Nous ne devons pas oublier que l’idéalisation d’une personne est une forme subtile d’agression.”

(Avec Belga)

CIM Internet