Paris Match Belgique

Sexisme et racisme : Les premiers jours d’Alexandria Ocasio-Cortez au Congrès américain

Ocasio-Cortez

Alexandria Ocasio-Cortez, le 14 novembre 2018. | © MANDEL NGAN / AFP

Politique

Alexandria Ocasio-Cortez a fait ses premiers pas au Congrès à Washington en tant que plus jeune élue de l’histoire. Et sans surprise, ce ne fût pas une partie de plaisir pour celle qui était serveuse avant de se lancer dans la politique.

« Les femmes comme moi ne sont pas censées se présenter à une élection », déclarait Alexandria Ocasio-Cortez dans sa première vidéo de campagne intitulée « Le courage de changer ». À seulement 29 ans, l’ex-serveuse dans un bar new-yorkais a écrit l’histoire en devenant la plus jeune élue au Congrès américain. Nouvelle égérie de l’aile gauche du parti démocrate américain, elle est considérée comme la cheffe de file d’une nouvelle vague de femmes et de minorités prêtes à bousculer les élites. Ce qui ne plaît forcément pas à tout le monde.

Après sa victoire dans le Queens, Alexandria Ocasio-Cortez, née d’une mère portoricaine et d’un père américain, fait parler d’elle pour avoir pointé le racisme et le sexisme dont elle a été victime durant ses premiers jours à Capitol Hill. Mercredi 14 novembre, l’élue se rendait à un déjeuner des membres à Washington, quand quelqu’un l’a dirigée vers un événement organisé au même moment pour les épouses d’élus démocrates. « Les gens continuent à me donner des indications pour les événements destinés aux conjoints et aux stagiaires plutôt que pour les membres du Congrès », explique-t-elle sur Twitter.

Lire aussi > Les hommes sont plus discriminés que les femmes, selon les pro-Trump

Si la jeune femme a reçu le soutien de certains collègues, comme Grace Meng, représentante démocratique de New York qui a subi le même traitement lors de son élection, elle a aussi fait face à des critiques. Sur le réseau social, Arthur Schwartz, un ami de l’ancien directeur de la communication de la Maison Blanche Anthony Scaramucci, précise ABC, a remis les propos d’Alexandria Ocasio-Cortez en question, avant de la traiter de « menteuse ». Ce à quoi la membre du Congrès américain a rapidement répliqué en expliquant ce qu’il s’était réellement passé. « Les déjeuners pour les conjoints et les membres démocrates se passaient en même temps aujourd’hui. J’ai été envoyée à l’événement des épouses. Hier soir, on m’a arrêtée parce qu’on supposait que j’étais une stagiaire. La prochaine fois, essayez de croire les femmes et les gens de couleur quand ils parlent de leurs expériences en tant que femme ou personne de couleur ». 

Problèmes du quotidien

Après sa victoire aux élections de mi-mandat, elle avait confié au New York Times qu’elle n’avait pas encore les moyens « de déménager à Washington, et [devait] donc attendre que son premier salaire d’élue soit versé en janvier ». Un problème financier qui avait bien rire Fox News. Visiblement très amusés de la situation, les invités de la chaîne de télé américaine avaient évoqué « une brillante stratégie politique car elle va dans le sens de son électorat ». Un commentaire vivement critiqué par l’élue démocrate. « C’est bizarre de voir des présentateurs qui gagnent des millions se moquer de la crise du logement aux États-Unis », avait-elle répondu sur Twitter.

Un autre sujet à propos d’Alexandria Ocasio-Cortez fait beaucoup de bruit sur Twitter : ses choix vestimentaires… Sur le réseau social, un journaliste a publié une image de l’élue de dos, l’appelant une « fille » (et non, une femme) et soulignant que ses vêtements étaient trop beaux pour une personne qui dit lutter. « Si je rentrais au Congrès portant un sac, ils riraient et prendraient une photo de mon dos. Si je rentre avec mes meilleurs vêtements soldés, ils rient et prennent une photo de mon dos », a-t-elle déclaré avant d’attaquer le journaliste misogyne qui a supprimé sa publication sans présenter d’excuses.

CIM Internet