Paris Match Belgique

Geert Wilders grand absent d’un débat national sur l’Islam aux Pays-Bas

Le PVV de Geert Wilders talonne les libéraux dans les sondages. | © AFP PHOTO / ANP / Martijn Beekman

Politique

Des centaines de citoyens néerlandais ont assisté vendredi à un débat national sur l’islam dans la plus grande mosquée des Pays-Bas, à cinq jours des élections législatives pour lesquelles le député anti-islam Geert Wilders s’inscrit à la deuxième place selon les sondages.

Grand absent du débat qui rassemblait des représentants des moyens et petits partis des Pays-Bas, Geert Wilder, le député à la chevelure peroxydée était dans tous les esprits, même si son nom n’a été que peu prononcé, lui qui a promis, s’il devenait Premier ministre, de fermer les mosquées, d’interdire la vente du Coran et de fermer les frontières aux immigrés musulmans.

Voir aussi : Ces visages politiques qui détestent l’Europe, l’Islam et se rêvent en « Trump » européens

Aux Pays-Bas, l’inquiétude et l’incompréhension

Quelque 400 personnes ont posé des questions, applaudi, crié, hué, ri dans l’impressionnante mosquée Essalam de Rotterdam, au cours d’un débat très animé au sujet de cette religion devenue l’un des principaux thèmes de la campagne électorale en vue du scrutin de mercredi.

Autour de thèmes allant de l’identité néerlandaise aux discriminations, au djihadisme et à la séparation entre l’Eglise et l’Etat, ils ont fait part de leurs inquiétudes, de leurs peurs et de leur incompréhension quant aux divisions qu’ils ressentent au sein de la société.

©AFP PHOTO / Roberto Pfeil – Geert Wilders (PVV), Frauke Petry (AFD) et Marine Le Pen (Front national) au cours d’un congrès où s’étaient rassemblés les leaders de la droite populiste européenne, fin janvier. 

Le VVD du Premier ministre libéral reste en tête dans ces enquêtes avec 24 sièges, talonné par le PVV de Geert Wilders et l’Appel chrétien démocrate (CDA), crédités tous deux de 22 sièges, ainsi que par les écologistes de GroenLinks avec 20 sièges sur les 150 que compte la chambre basse du parlement.

Avec Belga

CIM Internet