Paris Match Belgique

Theo Francken avoue que le Vlaams Belang inspire sa politique migratoire

theo francken

Le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration ce 23 novembre. | © BELGA PHOTO / ERIC LALMAND.

Politique

Des propos qui ne vont pas apaiser les tensions.

Le secrétaire d’État à l’Asile et la Migration Theo Francken (N-VA) a reconnu, dans un débat jeudi soir avec le président du Vlaams Belang Tom Van Grieken, s’inspirer parfois du parti d’extrême-droite en matière migratoire.

Lire aussi > Que signifie réellement le refus de la N-VA de signer le pacte mondial sur la migration de l’ONU ?

Il regrette l’absence d’une coalition avec le Vlaams Belang

Au cours d’un débat à Edegem qui portait notamment sur le Pacte des Nations unies sur les migrations, le leader du Vlaams Belang a fait observer que son parti avait plus de points en commun en politique migratoire avec la N-VA qu’avec les autres partis. Il a déploré au passage le refus de la N-VA de monter en coalition avec son parti dans plusieurs communes du nord du pays.

Theo Francken a reconnu suivre en partie le Vlaams Belang en matière de migrations. « Le Vlaams Belang est comme le canari dans la mine », a-t-il indiqué en évoquant les avertissements de Filip Dewinter (VB) sur Sharia4Belgium, qui n’auraient pas été pris au sérieux. « Je suis (ce qu’écrit) le Vlaams Belang en matière de migration, je ne me sens pas à l’aise de le reconnaître », a-t-il enchaîné, cité dans De Standaard.

Lire aussi > Le coup de gueule de Theo Francken contre Saint-Nicolas (et la laïcisation des fêtes)

Il a par ailleurs confirmé être opposé au principe du cordon sanitaire, tout en rappelant certaines attaques que le parti d’extrême droite a portées contre lui et son entourage.

Concernant le Pacte de l’ONU, le secrétaire d’État a confirmé les difficultés de la N-VA au sein du gouvernement, mais a estimé qu’il restait suffisamment de temps pour trouver une solution.

Avec Belga

CIM Internet