Paris Match Belgique

L’avortement pourrait bientôt être puni de peine de mort dans l’Ohio

avortement

Des activistes américaines manifestent devant la Cour Suprême à Washington en 2016. | © AMANDEL NGAN / AFP)

Politique

L’Ohio étudie une loi qui interdirait aux femmes de se faire avorter lorsqu’un battement de coeur fœtal est détecté. La femme recourant à l’IVG, ainsi que le médecin qui la pratique, pourraient être poursuivis pour meurtre.

L’avortement passible de la peine de mort ? Il ne s’agit pas de la trame d’un roman de science-fiction ni d’un épisode de la série Black Mirror, mais bien d’une proposition de loi aux Etats-Unis. La Chambre des représentants de l’Ohio a adopté cette semaine l’un des projets de loi les plus restrictifs en matière d’avortement dans le pays : il permettrait de poursuivre pour meurtre une femme recourant à une IVG, ainsi que le médecin qui la pratique.

Battement de coeur 

Un rythme cardiaque fœtal peut être détecté par une échographie dès six semaines après le début de la grossesse. Or c’est une période au cours de laquelle la plupart des femmes ne savent même pas qu’elles sont enceintes comme le rappelle The Independant. Une législation basée sur le rythme cardiaque du foetus pourrait donc dans les faits empêcher les femmes de demander un avortement avant même de se rendre compte de leur grossesse. 

Lire aussi > Dans le Missouri, l’avortement devient (vraiment) compliqué

Le projet de loi modifie la définition d’une « personne », pour y inclure « tout humain à naître », rendant de fait l’avortement équivalent à un homicide. La mesure ne prévoit aucune exception en cas de viol ou d’inceste. Les médecins peuvent toutefois faire une exception lors d’une urgence médicale ou si l’avortement sauve la vie de la femme. Selon Christina Hagan, une des députés républicains à l’initiative de la loi, de telles sanctions sont nécessaires : « si un meurtre est commis, il doit y avoir une répercussion pour cette action », a-t-elle déclaré.

Le projet de loi doit maintenant passer au Sénat de l’Ohio. Christina Hagan a déclaré être « confiante » qu’il devienne un loi d’ici la fin de l’année. Les républicains ont la majorité à la Chambre et au Sénat dans l’état de l’Ohio. Le gouverneur, John Kasich, a de son côté promis de mettre son veto à la loi si elle atterrissait sur son bureau. Mais son mandat se termine en janvier 2019 et son successeur, Mike DeWin, a déjà annoncé qu’il signerait le projet de loi

CIM Internet