Paris Match Belgique

Bonne nouvelle : Trump va interdire les controversés « bump stocks » sur les armes

trump

Donald Trump, le 29 novembre 2018. | © Brendan Smialowski / AFP

Politique

C’est une petite victoire pour les défenseurs d’un contrôle renforcé des armes. L’administration Trump est sur le point d’interdire les « bump stocks » sur les armes à feu, ce qui mettrait un terme à la vente de ces dispositifs permettant aux fusils semi-automatiques de tirer plus rapidement et en rafale.

Après la tuerie de Las Vegas, où 58 personnes ont perdu la vie le 1er octobre 2017, le débat autour des armes s’était déplacé vers les « bump stocks », des mécanismes permettant de transformer les fusils semi-automatiques en fusils automatiques. C’est en effet ce système qui a permis à Stephen Paddock de tirer environ 90 coups en 10 secondes et de faire autant de morts en une dizaine de minutes. Après cette fusillade, la plus meurtrière de l’histoire moderne, un projet de loi interdisant ces dispositifs et tous les éléments « modifiant facilement et à moindre coût des armes légales en (…) fusils-mitrailleurs » avait été introduit par la sénatrice démocrate Dianne Feinstein, quelques jours après la fusillade. Habituellement opposés à des restrictions sur les armes à feu, plusieurs élus républicains s’étaient dits ouverts à une telle idée. Plus surprenant encore, la National Rifle Association (NRA), le lobby extrêmement puissant des armes à feu aux États-Unis, s’est dite également favorable à de nouvelles réglementations sur les bump stocks.

Un an plus tard, cette interdiction pourrait bientôt voir le jour. Selon le New York Times, l’administration Trump se prépare à bannir officiellement les bump stocks sur les armes. Une action qui mettrait un terme à la vente de ces dispositifs controversés permettant aux fusils semi-automatiques de tirer plus rapidement et en rafale. Le président américain avait lui-même abordé le sujet le mois dernier, souligne le quoditien new-yorkais. « Nous sommes en train d’éliminer les bump stocks », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse annonçant un accord commercial réorganisé avec le Canada. « Je l’ai dit à la NRA. Les bump stocks, c’est fini ».

Lire aussi > Aux États-Unis, près d’une fusillade de masse par jour depuis le début de l’année 2018

bump stocks
Un bump stock installé sur un fusil d’assaut semi-automatique de type AR-15, comme celui utilisé par Stephen Paddock lors de la fusillade de Las Vegas. © JIM WATSON / AFP

Une (petite) victoire

Les législateurs démocrates du Congrès ont accueilli cette initiative avec scepticisme, se demandant si elle serait suffisante pour lutter contre le fléau des fusillades de masse aux États-Unis. Cette interdiction des « bump stocks » figure parmi les nombreuses propositions faites par Donald Trump pour renforcer le contrôle des armes à feu après la tuerie de Parkland en Floride, qui a fait 17 morts, lors de laquelle le tireur, Nikolas Cruz, avait utilisé un fusil d’assaut semi-automatique de type AR-15. Le président américain et son administration avaient également proposé d’améliorer les rapports au système de vérification des antécédents et de relever l’âge légal pour acheter des armes de style assaut de 18 à 21 ans. En cas de succès, il est difficile de savoir quel effet ces propositions pourraient avoir, précise Vox, car ils font peu pour s’attaquer rapidement au problème fondamental de la violence armée par les Américains.

Lire aussi > Aux origines de la passion pour les armes à feu aux USA

Selon le New York Times, si la National Rifle Association avait déjà soutenu cette mesure après la fusillade de Las Vegas, le puissant lobby n’avait pas répondu à la demande de commentaire du quotidien américain. En même temps, l’association des armes à feu avait également exhorté le Congrès à adopter une loi permettant aux détenteurs de permis de porter leurs armes dans les 50 États.

CIM Internet