Paris Match Belgique

En dépit de l’appel de milliers de citoyens, la Belgique se dissocie des ambitions climatiques européennes

Claim the Climate

Seule la Tchéquie s’est également dissociée des ambitions européennes. | © BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Politique

La Belgique a voté contre une proposition de directive européenne visant à améliorer de 32 % l’efficacité énergétique. Seule la Tchéquie s’est également dissociée de ce texte. 

 

Ce mardi 4 décembre, nos confrères du Soir ont lâché une véritable bombe. Dimanche, une marée estimée entre 65 000 et 75 000 citoyens a envahi les rues de Bruxelles, appelant les politiques à agir face au réchauffement climatique. Deux jours plus tard, lors du conseil des ministres européens, la Belgique a voté contre une proposition de directive visant à améliorer de 32 % l’efficacité énergétique. Elle s’est également abstenue lors du vote sur une directive concernant les énergies renouvelables.

Lire aussi > Les Belges se bousculent à Bruxelles pour sauver le climat

Triste ironie

Le texte de la directive sur l’efficacité énergétique prévoit d’améliorer l’efficacité énergétique des pays de l’Union de 32,5 % d’ici 2030, afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre, d’améliorer la sécurité énergétique, de diminuer les coûts énergétiques des ménages et des entreprises, d’aider à réduire la précarité énergétique et enfin de contribuer à la croissance et à la création d’emplois. Seule la Tchéquie s’est également dissociée de ce dernier. Le texte de la directive sur les énergies renouvelables prévoit quant à lui de faire passer la part de l’énergie produite à partir de sources renouvelables au niveau de l’Union à 32 %, ce qui permettra « d’accélérer la transition de l’Europe vers une énergie propre », résume Le Soir.

Claim the Climate
© BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Fait non moins inquiétant,  l’ambassadeur belge avait pour mandat de rassembler « une minorité de blocage » pour faire capoter cette directive. De qui ? « Ce sont les régions qui ont 90% des compétences en matière d’énergie donc ce sont les trois Régions qui décident et nous, au niveau fédéral, ne pouvons que transmettre les volontés de ces Régions », a déclaré Marie-Christine Marghem, interrogée par la RTBF.

Lire aussi > Marie-Christine Marghem accuse la Flandre de « freiner systématiquement » les ambitions climatiques

La Belgique a en réalité maintenu des positions qu’elle tenait depuis le début des négociations, précise Le Soir. Une source proche du dossier, citée par le quotidien, a indiqué que le vote contre la directive a été posé en raison de l’opposition radicale du représentant de la Flandre au texte européen, tandis que la Wallonie et Bruxelles prônaient plutôt une abstention. Le plat pays a délivré deux déclarations sur le sujet, affirme le quotidien. Sur les énergies renouvelables, la Belgique se serait dit être « un avocat convaincu » de l’énergie durable et de la politique climatique et aurait promis de continuer « à contribuer de manière constructive pour réaliser l’objectif fixé ». Sur l’efficacité énergétique, « la Belgique souscrit au principe », mais « le défi est inatteignable d’une manière efficace au regard du coût ».

Ni le vote contre, ni l’abstention n’ont empêché les directives d’être adoptées par le coneil des ministre. Mais le message est fort : il a fallu moins de 48 heures avant que le pays ne prenne une décision opposée aux réclamations de milliers de citoyens « plus chauds que le climat », ce dimanche. Et, ce faisant, elle a refusé de suivre la majorité des États européens, sur des piliers climatiques du « paquet énergie propre », relatif à l’accord de Paris.

 

CIM Internet