Les « anti-Marrakech » interdits de manifestation à Bruxelles

Les « anti-Marrakech » interdits de manifestation à Bruxelles

pacte marrakech manifestation bruxelles

Les associations de droite et d'extrême-droite flamandes KVHV, NSV, Schild en Vrienden, Voorpost et Vlaams Belang Jongeren avaient appelé à manifester dimanche à Bruxelles contre le pacte migratoire. | © FADEL SENNA / AFP

Politique

Cette interdiction « aura des conséquences sur d’autres manifestations » prévues ce dimanche à Bruxelles, ont prévenu le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort et le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close.

 

« La manifestation d’extrême droite prévue à Bruxelles ce dimanche est interdite sur tout le territoire de la Région », annoncent mercredi le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort et le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close dans un communiqué commun. « Suite au Conseil Régional de Sécurité au cours duquel le bourgmestre de la Ville de Bruxelles a fait part de son intention d’interdire la manifestation prévue ce dimanche sur son territoire et sur la base des informations opérationnelles délivrées par la zone de police Bruxelles-Capitale Ixelles indiquant que la manifestation pourrait se propager à d’autres zones, le ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale prendra un arrêté d’interdiction de toute manifestation sur l’ensemble du territoire régional bruxellois », peut-on lire dans le communiqué.

Le rassemblement pour le climat reporté ?

Les associations de droite et d’extrême-droite flamandes KVHV, NSV, Schild en Vrienden, Voorpost et Vlaams Belang Jongeren avaient appelé à manifester dimanche à Bruxelles contre le pacte de l’ONU sur les migrations, formellement approuvé lundi à Marrakech. Le quotidien flamand De Morgen rapportait mardi que des hooligans de différents clubs de football belges s’étaient également engagés à participer à cette marche contre Marrakech.

Lire aussi > Voici pourquoi la N-VA rejette en bloc le pacte migratoire

« Il est hors de question de laisser une marche brune se dérouler à Bruxelles », indiquent MM. Vervoort et Close. « Cette interdiction aura des conséquences sur d’autres manifestations programmées dimanche [dont le rassemblement pour le climat prévu en face du cabinet du Premier ministre, ndlr], vu l’impossibilité de contrôler la sincérité de chacun. Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles et le ministre-président appellent les manifestants à se mettre en contact avec les autorités policières pour reprogrammer leur action en toute sérénité », ajoute le communiqué. Une demande de contre-manifestation avait également été introduite.

 

Avec Belga

CIM Internet