Paris Match Belgique

Charles Michel a présenté sa démission au Roi, « qui tient sa décision en suspens »

charles michel démission

Le Premier ministre devant la Chambre ce mardi 18 décembre. | © BELGA PHOTO / JAMES ARTHUR GEKIERE.

Politique

« Je prends la décision de présenter ma démission ». C’est la fin du gouvernement Michel.

Le Premier ministre Charles Michel a présenté ce mardi sa démission au Roi, au Palais de Laeken. Il a constaté que son appel n’avait pas été entendu par l’opposition. Après 30 minutes d’entretien, le Palais royal a réagi sur Twitter en expliquant que « le Roi tient sa décision en suspens ».


« J’ai constaté que mon appel n’a pas convaincu. J’ai compris qu’il n’a pas été entendu. Je dois donc le respecter et prendre note de cette situation. Je prends la décision de présenter ma démission et mon intention est de me rendre chez le roi immédiatement », a-t-il annoncé. Le chef du gouvernement a appelé dans l’après-midi le parlement à constituer une « coalition de bonne volonté » afin de poursuivre le travail politique jusqu’aux élections du 26 mai. Il a proposé une « feuille de route » reposant sur trois chantiers: le pouvoir d’achat, la sécurité et le climat.

Lire aussi > La NV-A quitte le gouvernement, Charles Michel ira à Marrakech comme chef d’une coalition orange bleue

Malgré la main tendue, une opposition intransigeante


Si le Premier ministre a fait des ouvertures sur certains sujets, les engagements ont semblé beaucoup trop vagues à l’opposition. Les socialistes s’apprêtaient à annoncer le dépôt d’une motion de méfiance, cosignée par les Verts, afin de donner 48 heures à Charles Michel pour préciser ses intentions. Ils n’en ont toutefois pas eu le temps. À la reprise de la séance plénière, peu avant 20h, le Premier ministre a demandé la parole et annoncé sa démission.


« Charles Michel n’a pas convaincu l’opposition démocratique. On n’a pas eu grand chose comme concessions. Il a sabordé lui-même son propre budget. Il a enfoncé le clou du cercueil du gouvernement. Charles Michel a créé de l’instabilité. Je vois une opportunité de redonner espoir à la population. Ce qu’on veut c’est qu’on vienne avec un vrai plan de relance social. C’est ça qu’on lui a demandé et il n’est venu avec aucune proposition concrète », a déclaré Ahmed Laaouej, chef de groupe PS à la Chambre.

Le gouvernement va-t-il continuer son travail en « affaires courantes » jusqu’au 26 mai ou aurons-nous droit à des élections anticipées ? Plus d’informations dans les jours à venir.

Avec Belga

CIM Internet