La Belgique signera bien le Pacte migratoire

Charles Michel

Ce mardi 18 décembre, Charles Michel a remis sa démission au Roi, qui laisse sa décision en suspens. | © BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE

Politique

Le texte international sera bien signé à New York, malgré la démission du Premier ministre. 

 

Le fait que le gouvernement soit démissionnaire ne remet pas en question la signature du Pacte de l’ONU sur les migrations par la Belgique à New York, a confirmé l’ambassadeur de l’ONU Jean-Luc Bodson mercredi dans plusieurs médias flamands. Une information qui figure aussi dans les titres Sudpresse.

Lire aussi > Charles Michel a présenté sa démission au Roi, « qui tient sa décision en suspens »

Déclaration interprétative

« Le fait que le gouvernement soit démissionnaire, n’y change rien », assure-t-il. L’ordre de voter « oui » avait déjà été donné en septembre par le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR). La N-VA n’y avait pas formulé d’objection à l’époque. La Belgique va toutefois associer à son aval une déclaration interprétative, comme les Pays-Bas et le Danemark le prévoient par ailleurs. Le texte précis n’est pas connu mais la Belgique souligne dans une note le caractère non contraignant du pacte ainsi que son souhait de continuer à distinguer la migration régulière et irrégulière.

Crise politique

Suite à la démission du Premier ministre ce mardi 18 décembre, le pays est à nouveau plongé dans une crise politique. Béatrice Delvaux a dans dans Le Soir dénoncé une « équipée surréaliste » du Premier ministre alors que « la Belgique se retrouve dans une situation irresponsable », désormais. Le Roi a laissé sa décision en suspens, et de nombreuses questions doivent trouver réponse dans les jours à venir. Le gouvernement va-t-il continuer son travail en « affaires courantes » jusqu’au 26 mai ou aurons-nous droit à des élections anticipées ?  

Avec Belga 

CIM Internet