En images : L’investiture de Jair Bolsonaro, président du Brésil

En images : L’investiture de Jair Bolsonaro, président du Brésil

bolsonaro

Jair Bolsonaro et sa femme Michelle, le 1 janvier 2019. | © EVARISTO SA / AFP

Politique

Plus de deux mois après avoir remporté l’élection avec un programme d’extrême droite face à la gauche, à l’issue d’une campagne qui a divisé les Brésiliens, Jair Bolsonaro a été intronisé mardi président du Brésil lors d’une cérémonie officielle à Brasilia.

L’ancien capitaine de l’armée a promis une rupture radicale avec des décennies de politique de gauche et de centre droit dans la première puissance d’Amérique latine, se présentant comme l’homme fort capable d’éradiquer la violence et la corruption endémiques au Brésil et de redresser l’économie.

Dans l’hémicycle de la Chambre des députés, Jair Bolsonaro, 38e président du Brésil, a signé le registre officiel, un petit livre vert, comme tous les chefs de l’Etat brésilien avant lui. Il a prêté serment et s’est engagé à « défendre et appliquer la Constitution » tout en œuvrant pour « l’Union, l’intégrité et l’indépendance du Brésil ». Dans son discours, il a appelé à un « pacte national » pour « libérer définitivement » le Brésil « du joug de la corruption, de la criminalité, de l’irresponsabilité économique et du carcan idéologique ».

Lire aussi > L’effet Bolsonaro : Au Brésil, les couples homosexuels se dépêchent de se dire « oui »

© Carl DE SOUZA / AFP
bolsonaro
© Carl DE SOUZA / AFP

« Aujourd’hui est le jour où le peuple commence à se libérer du socialisme et du politiquement correct », a affirmé l’homme de 63 ans, devant une foule de partisans qui l’acclamaient aux cris de « Mito », « le mythe », son surnom.

Après une campagne qui a divisé les Brésiliens, le président d’extrême droite s’est montré une nouvelle fois conservateur sur les questions de société, promettant de « respecter les religions et les traditions judéo-chrétiennes« , tout en « luttant contre l’idéologie de genre ». Il a également réitéré son intention de libéraliser le port d’armes, affirmant que « les gens bien méritent d’avoir les moyens de se défendre », et proclamant le « droit à la légitime défense ». Des paroles applaudies par son homologue américain, Donald Trump. « Félicitations au président Jair Bolsonaro qui vient de faire un super discours d’investiture – les États-Unis sont avec vous ! », a-t-il écrit sur Twitter, avant d’être remercié par le président brésilien. « Monsieur le président, j’apprécie vraiment vos paroles d’encouragement. Ensemble, sous la protection de Dieu, nous apporterons prospérité et progrès à notre peuple ! ».

Lire aussi > Au Brésil, polémique en famille chez les Bolsonaro

Pour rappel, Jair Bolsonaro a été élu avec 55% des suffrages, en dépit de ses dérapages racistes, misogynes et homophobes. Son arrivée au pouvoir marque un virage à l’extrême droite de la première puissance d’Amérique latine, chargé de lourdes incertitudes.

© Carl DE SOUZA / AFP
© EVARISTO SA / AFP
CIM Internet