Paris Match Belgique

Yann Barthès ne recevra pas le FN dans « Quotidien »

Yann Barthès sur le plateau de "Quotidien". | © CHRISTOPHE CHEVALIN / TMC

Politique

En pleine campagne présidentielle, Yann Barthès a annoncé mardi qu’il refusait d’accueillir les cadres du Front National sur le plateau de Quotidien de TMC.

Depuis le 1 février, les médias doivent se soumettre au principe d’équité du temps de parole des candidats à l’élection présidentielle et de leurs représentants fixé par le Conseil supérieur de l’audiovisuel. Pour rattraper son retard sur le temps de parole d’Emmanuel Macron, Yann Barthès lui a consacré une émission lundi. Le lendemain, le présentateur de « Quotidien » a expliqué être également « très en retard » avec le temps de parole du Front National. Pourtant, « hors de question » pour lui de recevoir des membres du parti d’extrême-droite. Yann Barthès les accuse de « boycotter » ses équipes « depuis des années ». « Et puis de toute façon ils refusent de nous parler », a-t-il continué.

Pour respecter la pluralité politique, l’émission de TMC a tenté d’approcher la jeune génération du parti de Marine Le Pen, en espérant qu’elle soit plus coopérative et vienne sur le plateau. En vain. « Le président du FN jeunesse nous a répondu ce matin je cite ‘Je viendrai le jour où vous changerez d’animateur’ », a lancé Yann Barthès.

Le désamour ne date pas d’aujourd’hui

L’animosité entre le parti frontiste et l’animateur ne date pas d’aujourd’hui. À l’époque du « Petit Journal » sur Canal+, Marine Le Pen refusait déjà de répondre à ses envoyés spéciaux, et leurs demandes d’accréditation aux meetings du FN restaient lettres mortes. Ce qui est désormais le cas avec « Quotidien ». En 2015, l’animosité avait dépassé un stade lorsque le député européen Bruno Gollnisch avait frappé des journalistes de l’émission de Canal+ avec un parapluie lors d’un discours de Marine Le Pen. Plus récemment, Paul Larrouturou a été évacué violemment par le service d’ordre du FN lors d’un déplacement de Marine Le Pen au Salon des entrepreneurs.

CIM Internet