Paris Match Belgique

Brexit : Le cabinet de Theresa May s’inquiète de « complots » parlementaires

may

Theresa May, le 18 janvier 2019. | © Ben STANSALL / AFP

Politique

Le cabinet de la Première ministre britannique Theresa May a jugé dimanche « extrêmement inquiétants » les supposés complots ourdis par des parlementaires en vue de lui retirer la conduite du Brexit dans la semaine qui s’ouvre.

La presse a rapporté ce dimanche que des députés comptaient déposer des amendements concernant le fonctionnement de la Chambre des Communes afin d’empêcher les plans de Mme May à propos de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

« Le peuple britannique a voté pour quitter l’Union européenne et il est primordial que les élus politiques respectent ce verdict », a dit une porte-parole de Downing Street. « Toute tentative visant à retirer le pouvoir du gouvernement à remplir les conditions légales d’une sortie ordonnée en ce moment historique est extrêmement inquiétante », a-t-elle ajouté.

Lire aussi > Brexit : Pourquoi un no-deal serait dangereux pour le Royaume-Uni

« Les députés qui veulent respecter le Brexit doivent voter pour lui, sinon, il y a un risque que le parlement empêche le Brexit », prévu le 29 mars, a précisé la porte-parole de Mme May.

Nouveau plan

La Première ministre est censée détailler lundi devant les députés un nouveau plan pour le Brexit après le rejet massif le 15 janvier de la part des députés de l’accord qu’elle avait conclu avec Bruxelles fin 2018. Theresa May a depuis engagé des tractations avec l’opposition pour tenter de parvenir à un consensus sur un nouvel accord, mais elles semblaient dans l’impasse.

Lire aussi > Brexit : Après le non massif, voici les différents scénarios possibles

Le ministre britannique du Commerce extérieur, Liam Fox, a par ailleurs mis en garde dimanche, dans le journal The Sunday Telegraph, contre un « tsunami politique » si les députés échouaient à respecter le vote du référendum de 2016 décidant d’un retrait de l’UE. Il a également tancé les partisans d’un Brexit sans accord, réclamé par l’opposition travailliste, en estimant que « la chose la plus stupide possible » dans une négociation est « de se défaire de sa carte la plus forte ».

Avec Belga

Mots-clés:
brexit Theresa May
CIM Internet